FC Barcelone : Setién s'excuse après les insultes de son adjoint

FC Barcelone : Setién s'excuse après les insultes de son adjoint©Media365
A lire aussi

Guillaume MARION : publié le vendredi 06 mars 2020 à 11h40

Alors qu'Eder Sarabia, l'adjoint de Quique Setién, a été filmé en train d'insulter ses joueurs lors du Clasico contre le Real Madrid, l'entraîneur du FC Barcelone a présenté ses excuses.



L'affaire fait grand bruit en Espagne. Filmé par la chaîne Movistar, Eder Sarabia, l'adjoint de Quique Setién, est pris en flagrant délit en traîn d'insulter ses joueurs lors du Clasico du 1er mars dernier. Au Stade Santiago-Bernabéu, contre le Real Madrid, on peut notamment voir Sarabia passablement s'énerver à l'encontre d'Antoine Griezmann. « Il ne fait aucune des choses qu'il est supposé faire », « cette passe n'aurait pas dû être destinée à Busquets. Il aurait dû la donner à l'un des milieux sur les côtés ! », « p*tain Antoine, lâche le ballon », « tire, pour l'amour de Dieu » sont entre autres des phrases que la presse espagnole a pris un malin plaisir à retranscrire.

« On sera plus prudents à l'avenir »

Face à cette situation peu enviable, l'entraîneur du FC Barcelone a présenté ses excuses. « Cela m'a beaucoup affecté. La première chose à laquelle je pense, c'est le club et son image. Il faut en prendre soin. C'est très important pour moi. On peut être critiqués pour nos mauvais résultats, mais pas pour notre comportement. On doit être irréprochables. Sarabia a un énorme tempérament. C'est très bien pour certaines choses, mais il doit apprendre à se contrôler. C'est en lui, il doit s'améliorer car c'est une situation que nous avons déjà connu (au Betis et à Las Palmas). Nous nous sommes excusés auprès de tout le monde. La faute aux caméras ? C'est gênant et cela devrait s'arrêter. On ne peut pas passer notre temps la main devant notre bouche. Je n'arrive pas à m'y habituer. Il y a des gens qui vivent de ça et c'est dommage. On sera plus prudents à l'avenir », a notamment confié Setién, dans un entretien au quotidien El Periodico.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.