FC Barcelone : Pourquoi Messi voulait quitter l'Espagne

FC Barcelone : Pourquoi Messi voulait quitter l'Espagne©Media365

Clément Pédron, publié le jeudi 27 août 2020 à 09h56

Lionel Messi, qui a annoncé mardi soir son intention de quitter le club, n'en est pas à son premier coup avec le FC Barcelone. Lors de la saison 2013-2014 et alors qu'il était menacé par le fisc espagnol, l'attaquant avait déjà souhaité partir.

« J'ai eu en tête de quitter l'Espagne, non pas parce que je voulais laisser le Barça, mais pour quitter le pays, je me sentais très maltraité et j'ai senti que je ne voulais plus être ici, a révélé Lionel Messi en 2013 dans un entretien à la radio catalane RAC1 en rapport à ses ennuis fiscaux. Contredisant le fameux « Lionel Messi est l'homme d'un seul club » de Josep Maria Bartomeu, l'actuel président du Barça... Plus loin dans l'interview, La Pulga osait même affirmer : « J'ai été le premier [à être visé par l'administration fiscale] et c'est pour ça que tout a été si dur (...). Après s'être acharnés sur moi, ils ont montré qu'ils s'en prenaient à tous les sportifs, les footballeurs. » A l'aise voire même très à l'aise sur les terrains, l'Argentin l'était beaucoup moins sur celui de la justice en 2013 quand ses démêlés faisaient surface. Soupçonné avec son père de fraude fiscale pour un montant supérieur à 4 millions d'euros (4,16 millions exactement) liés aux droits à l'image du joueur entre 2007 et 2009 (22 millions d'euros de revenus perçus en droits publicitaires et d'image), Lionel Messi avait alors sérieusement songé à changer d'air. Il leur était notamment reproché, une simulation des droits d'image à des sociétés écrans installées dans des paradis fiscaux. Trois ans plus tard à l'heure du procès, le père et le fils étaient condamnés à 21 mois de prison, à des amendes équivalentes à 3,7 millions d'euros (dont 2,1 pour Lionel Messi) et à 252 000 euros d'amende supplémentaire. Mais les deux hommes ont échappé à la détention car en Espagne, les peines de moins de deux ans sont rarement exécutées.

Une prime exceptionnelle de 23 millions d'euros

D'après les documents de Football Leaks sortis en 2019 et mis en lumière par Mediapart, le fisc espagnol a observé « une nouvelle manœuvre d'évitement fiscal du clan Messi » à cause du nom de la société britannique, Sidefloor, déjà utilisée dans l'affaire de fraude fiscale en 2016. Mais cette fois avec le concours du club catalan qui a subi un contrôle pour obtenir les commissions concernant Lionel Messi. Suite aux vérifications de la justice espagnole, le FC Barcelone a conseillé à son joueur de revoir sa déclaration fiscale pour éviter la prison (cas de récidive) et a tout simplement « régularisé volontairement » la situation du joueur. Ce dernier, face aux sommes qu'il devait finalement au fisc, a refusé de payer des impôts supplémentaires. En réponse, le Barça a décidé de prendre en charge le restant à devoir à l'administration espagnole et a « créé » une prime exceptionnelle de 23 millions d'euros lors de la prolongation de contrat de Messi en 2017. Une façon généreuse de soutenir son joueur sur un autre terrain...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.