Espagne : A peine remis sur pied, Dembélé est déjà sous pression

Espagne : A peine remis sur pied, Dembélé est déjà sous pression©Media365
A lire aussi

Rémi Farge, publié le lundi 08 janvier 2018 à 16h54

Ce lundi, le FC Barcelone a présenté sa dernière recrue : Philippe Coutinho. Un nouveau concurrent pour Ousmane Dembélé.

Arrivé à prix d'or en provenance de Liverpool, le Brésilien est déjà très attendu en Catalogne, où certains espèrent le voir succéder à Neymar, parti l'été dernier au PSG. Cette succession, c'est aussi celle que devait incarner Ousmane Dembélé. Mais le Français s'est gravement blessé en septembre dernier et a dû vivre ses premiers mois en Espagne loin des terrains. Une blessure dès son arrivée, c'est le même sort réservé à Philippe Coutinho. Arrivé avec un problème à une cuisse, le Brésilien ne débutera sous ses nouvelles couleurs que dans « vingt jours ». Un laps de temps pendant lequel Ousmane Dembélé pourra donc enchaîner les matchs et se montrer. Car l'ancien Rennais a enfin repris la compétition après trois mois et demi d'absence. Après 20 minutes contre le Celta Vigo en Coupe du Roi jeudi (1-1), l'international tricolore en a joué 67 face à Levante dimanche en championnat (3-0).Vingt jours, c'est court. Mais avec le calendrier très chargé de janvier, Ousmane Dembélé aura quatre matchs (voire six en cas de qualification en Coupe) pour faire ses preuves. Jeudi, pour son grand retour, Ernesto Valverde l'a fait entrer en pointe, à un poste inhabituel. Mais surtout pour reprendre le rythme. « Je voulais qu'il joue dans une position qui le libère des tâches défensives parce que le match était tendu. Pour un joueur qui revient de près de quatre mois d'absence, je voulais qu'il retrouve peu à peu le rythme », s'est justifié l'entraîneur du Barça après la rencontre. Pour en savoir un peu plus sur l'état de forme du Français, il fallait donc assister à Barcelone-Levante dimanche après-midi en Liga (3-0). Titulaire sur le côté droit d'un 4-4-2, Ousmane Dembélé, impliqué sur l'ouverture du score de Lionel Messi, a été satisfaisant mais discret. Son manque de rythme l'a empêché de faire parler sa vitesse et seule une frappe bien arrêtée par le gardien adverse l'a libérée.« C'était bien, a commenté Ernesto Valverde au coup de sifflet final. Je crois qu'il doit nous apporter des choses. Il faut qu'il se frotte un peu au rythme la compétition, des chocs, des duels, des adversaires qui ne veulent pas te laisser passer. C'est un processus long, mais je l'ai trouvé bon, il a tenté des dribbles avec cette vitesse et cette facilité à éliminer qui peut nous apporter beaucoup. Nous espérons qu'il va encore s'améliorer. » Et à Barcelone, les attentes sont grandes pour un joueur recruté 150 millions d'euros (bonus compris). Et la patience, elle, ne sera pas forcément aussi importante. Dès son retour en Coupe du Roi, le Français a fait la Une des journaux catalans. Jordi Alba, impressionné par son nouveau coéquipier, a voulu faire retomber la pression dans une interview à Mundo Deportivo : « Il est très jeune, il faut être patient », a prévenu l'arrière gauche barcelonais. Patient, oui mais pas trop. Car Philippe Coutinho sera vite sur pied. Et Didier Deschamps compte sur son jeune international pour la Coupe du Monde. Si possible dès le mois de mars, pour le réintégrer à ce groupe qu'il n'a plus côtoyé depuis juin.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU