Supercoupe d'Europe : Cinq raisons de suivre Real Madrid - Atlético Madrid

Supercoupe d'Europe : Cinq raisons de suivre Real Madrid - Atlético Madrid©Media365

Rémi Farge, publié le mercredi 15 août 2018 à 07h30

La Supercoupe d'Europe traîne une réputation de match symbolique et sans grand intérêt. Pourtant, voici cinq bonnes raisons de ne pas manquer le derby entre le Real Madrid et l'Atlético Madrid, ce mercredi soir à Tallinn (21h00).

Quatre champions du monde sur la pelouse ?


Tous ne seront peut-être pas titulaires en raison d'une reprise tardive due à leur retour de vacances. Mais quatre champions du monde pourraient participer à cette Supercoupe d'Europe : Raphaël Varane est le seul représentant du Real Madrid, alors qu'en face, Antoine Griezmann sera épaulé par Lucas Hernandez et Thomas Lemar. Ce dernier, qui pourrait débuter son premier match officiel avec les Colchoneros qu'il a rejoint cet été en provenance de Monaco, fait forte impression depuis qu'il a repris l'entraînement de l'autre côté des Pyrénées. Outre les joueurs sacrés le 15 juillet dernier, deux autres Français sont du voyage en Estonie : Karim Benzema et Luca Zidane.

L'acte 1 de la reconstruction du Real Madrid


Le Real Madrid a vécu un été très agité. Peu de temps avant le Mondial, Zinédine Zidane a décidé d'abandonner son poste d'entraîneur après avoir remporté une troisième Ligue des Champions d'affilée. Dans la foulée ou presque, Cristiano Ronaldo a plié bagages lui aussi pour partir à la Juventus Turin, et Mateo Kovacic a rejoint Chelsea. Dans le sens des arrivées, Thibaut Courtois, Vinicius Junior et Alvaro Odriozola ont notamment rejoint le club espagnol. Et même si le gardien belge ne jouera pas selon les médias espagnols, il sera intéressant de découvrir l'équipe de Julen Lopetegui, successeur de Zizou sur le banc. Quels joueurs ? Quel système ? Premiers éléments de réponse contre l'Atlético Madrid.

Un derby forcément accroché


La rivalité est forte entre les deux équipes. Et cela s'en ressent sur le terrain avec des affiches souvent très accrochées, notamment sur la scène européenne. L'Atlético et le Real se sont en effet affrontés deux fois en finale de la Ligue des Champions ces quatre dernières années, et les deux fois, la rencontre a produit un grand spectacle. La première fois, les coéquipiers de Cristiano Ronaldo l'avaient emporté en prolongation (4-1) après avoir égalisé dans le temps additionnel du temps réglementaire. Deux ans plus tard, il avait fallu passer par une séance de tirs au but pour départager les deux rivaux. Même en Liga, l'écart est mince. La saison dernière, le Real et l'Atlético n'ont ainsi pas réussi à se départager (1-1 et 0-0).

Le vainqueur de la C3 enfin maître ?


Depuis 2013, le vainqueur de la Ligue des Champions a toujours pris le meilleur sur celui de la Ligue Europa lors de la Supercoupe d'Europe. Le dernier club capable de renverser la hiérarchie n'est autre que l'Atlético Madrid. En 2012, contre Chelsea (4-1), et en 2010, contre l'Inter Milan (2-0), les Colchoneros ont fait honneur à la C3. Sinon, il faut remonter à 2008 et le succès du Zenit Saint-Pétersbourg contre Manchester United (2-1) pour trouver trace d'un sacre de l'équipe issue de la Ligue Europa. Avant, l'alternance était plus fréquente : entre 1998 et 2007, le vainqueur de la C3 s'était même imposé sur 6 des 10 éditions jouées. En raison des nombreux changements qu'a connu le Real Madrid cet été, on se dit que ce mercredi, après cinq années de règne, la Ligue des Champions pourrait s'incliner...

Tallinn, la destination surprise


Organisée à Monaco entre 1998 et 2012, la Supercoupe d'Europe change désormais de lieu chaque année. Après Tbilissi, Trondheim et Skopje, place à Tallinn, capitale de l'Estonie. Le choix peut surprendre, car l'Estonie ne représente pas un grand enjeu, ni en matière de visibilité à l'international, ni en matière de marketing. Même le stade dénote avec l'affiche entre ces deux géants européens. Le stade Lilleküla ne compte en effet que 15 000 places, ce qui en fait le plus petit ayant jamais accueilli la compétition. En fait, si l'UEFA a opté pour Tallinn, c'est pour célébrer les 100 ans de la création de la République d'Estonie.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU