Ligue des Champions - Atlético Madrid : Antoine Griezmann ne doit surtout pas tout gâcher

Ligue des Champions - Atlético Madrid : Antoine Griezmann ne doit surtout pas tout gâcher©Media365
A lire aussi

Geoffrey Steines, publié le mercredi 22 novembre 2017 à 07h40

Pris en grippe par les supporters de l'Atlético Madrid, Antoine Griezmann, qui n'a plus marqué depuis huit matchs avec les Colchoneros, doit faire attention à ne pas tout gâcher.

Il était le héros de tout un peuple et faisait tout pour le rester. Idolâtré par les supporters de l'Atlético Madrid après trois saisons passées à briller sous leur maillot (85 buts toutes compétitions confondues), Antoine Griezmann a marqué l'histoire du club en début de saison. Le premier but au Wanda Metropolitano en Liga ? Il en était l'auteur, contre Malaga (1-0). Le premier en Ligue des Champions ? Encore lui, face à Chelsea (1-2). Rien de mieux pour se faire une place à part dans les cœurs des Colchoneros. Le problème, c'est qu'il n'y a rien de plus fragile qu'une relation avec les fans. De l'ovation, le Mâconnais est passé à la bronca samedi, à son remplacement à la 80eme minute lors du derby contre le Real (0-0), après une soirée à zéro tir et un huitième match consécutif sans but toutes compétitions confondues avec l'Atlético.
« Dès qu'il marquera un but, les fantômes se dissiperont »
La plus longue série du genre pour Griezmann depuis son arrivée dans la Capitale espagnole à l'été 2014. « Il a besoin de buts, a reconnu Diego Simeone, son entraîneur, lundi en conférence de presse. Dans beaucoup de matches, il n'a pas marqué, mais il a affiché un bon rendement dans le jeu. Mais il s'est beaucoup identifié aux buts et quand cela ne lui sourit pas, il en souffre. L'équipe finit par le payer et le public se met en colère, parce que c'est un joueur important qui a toujours marqué ces derniers mois. » Déjà dans la foulée du derby, tous les garants de l'esprit colchonero s'étaient succédé devant les micros pour afficher leur confiance en leur attaquant vedette. « Dans ma famille, on m'a appris à être toujours 'à mort' avec les miens, et je ne vais pas changer à bientôt 50 ans, avait lancé « El Cholo ». Tous ceux qui sont membres de ma famille, comme Griezmann, je suis à mort avec eux et tout le vestiaire est pareil. » « Antoine est tranquille, les ballons rentreront à nouveau, le bon jeu reviendra », avait rassuré Koke. « Dès qu'il marquera un but, les fantômes se dissiperont, avait conclu Juanfran. Je lis sur son visage l'envie de travailler et d'inverser la situation. »
Griezmann : « Je ne regrette pas du tout mon choix »
Une détermination qui transpirait des propos de Griezmann, dans un entretien diffusé dans Téléfoot dimanche. « C'est à moi de travailler à l'entraînement, me créer des occasions et tirer au but. Il y a des matchs où je fais zéro tir, donc forcément, je ne vais pas marquer. A moi de trouver la solution et d'amener l'équipe vers le haut. » Elle en aurait bien besoin en ce moment. Elle a beau n'avoir perdu qu'un seul match toutes compétitions confondues cette saison, elle n'est que 4eme de Liga, à 10 points du FC Barcelone et 6 de Valence. Elle est surtout en ballotage très défavorable en Ligue des Champions, où elle n'est plus maîtresse de son destin avant d'accueillir l'AS Rome mercredi (20h45). Une élimination dès la phase de groupes serait un coup de massue pour un groupe qui reste sur deux finales, une demi-finale et un quart sur les quatre dernières saisons, avec à chaque fois le voisin merengue en bourreau.
Des déclarations trop ambigües
Elle accréditerait surtout la thèse de la saison de trop pour Griezmann, resté à l'Atlético autant par choix que par fidélité envers un club qui était interdit de recrutement par la FIFA l'été dernier. « Je ne regrette pas du tout, c'était mon choix et j'en suis content », a-t-il certifié à Téléfoot. Un discours de façade comme celui que doit tenir désormais l'ancien de la Real Sociedad pour ne pas rompre pour de bon le lien avec les supporters de l'Atlético. Parce qu'au-delà de ses performances du moment, ils lui reprochent certainement l'ambigüité entretenue sur ses envies d'ailleurs depuis des mois. Il s'était par exemple donné « six chances sur dix » de rejoindre Manchester United lors de son passage par Quotidien en mai et il a encore admis qu'un trio avec Neymar et Kylian Mbappé le faisait « rêver » dans Téléfoot pendant la fenêtre internationale. Une brèche dans laquelle la presse espagnole s'est engouffrée pour monter en épingle sa volonté de quitter l'Atlético et le fait qu'il aurait déjà la tête loin de Madrid, ce que ses prestations auraient tendance à confirmer.
Mieux communiquer et se remettre à marquer
Insupportable pour un public populaire et loin du strass du Real, qui a érigé le don de soi en valeur cardinale. « Quand quelqu'un a autant apporté, et c'est sa quatrième saison avec nous, il est normal qu'on lui en demande toujours plus, a analysé Simeone lundi. Tout comme on m'en demande plus à moi ou à tous ceux qui sont des idoles dans ce club. » Sous contrat jusqu'en 2022, après avoir prolongé en juin dernier, Griezmann disposera probablement d'un bon de sortie l'été prochain, même s'il ne veut pas (ou ne peut pas) l'admettre. MU, le PSG, le FC Barcelone : tous sont sur les rangs et la liste des courtisans s'allongera quand son départ se précisera, surtout qu'une saison post-Coupe du Monde parait idéal pour un nouveau challenge, à 27 ans. D'ici là, l'attaquant des Bleus doit tout faire pour soigner sa sortie. « La seule fois que j'ai ressenti de la pression, c'est lorsque je tenais dans mes bras ma fille lorsqu'elle n'avait que quelques mois, là c'était une pression, soufflait-il la semaine dernière sur le site officiel de LaLiga. Mais sinon, les buts, c'est ce qu'on a l'habitude de faire. Marquer, c'est ce qu'on sait faire. Et ça va rentrer. » Histoire de ne pas tout gâcher.

 

 
5 commentaires - Ligue des Champions - Atlético Madrid : Antoine Griezmann ne doit surtout pas tout gâcher
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]