Liga : Le Real Madrid crie au scandale

Liga : Le Real Madrid crie au scandale©Media365
A lire aussi

Rédaction , publié le jeudi 19 décembre 2019 à 09h23

Suite au nul face au Barça, le Real Madrid a contesté les décisions arbitrales, estimant que deux penalties avaient été oubliés.

Une semelle de Clément Lenglet sur Raphaël Varane (18eme) puis, deux minutes plus tard, une poussette d'Ivan Rakitic sur le défenseur français : à deux reprises, lors du Clasico qui s'est bouclé par un nul (0-0) mercredi soir, le Real Madrid a cru pouvoir obtenir un penalty au Camp Nou. Mais il n'est jamais arrivé. Et le sujet a forcément été évoqué par les différents acteurs devant les médias. « On vu ça à la pause, on voit de façon claire que ce sont 2 penaltys, a expliqué Sergio Ramos. Mais quoi que je dise maintenant, ça ne changera rien. La VAR est là pour aider, quand il y a un doute on peut faire appel à elle, ça n'a pas été comme ça cette fois ci. Pas de chance, ça nous arrivera peut-être à nous, quand on fera une faute dans la surface il ne regardera pas, ce sont des choses qui arrivent dans le foot et qu'on ne peut pas contrôler ». Des propos qui allaient dans le sens de ceux de Casemiro ou encore d'Emilio Butragueno, encore plus tranchant.


Rakitic : « Nous aussi on aurait des choses à dire »

En face, les Catalans se sont forcément défendus, à l'image de l'un des principaux concernés, Clément Lenglet : « Je veux dégager le ballon de la tête et donner de la force à mon mouvement pour que le ballon parte loin. Malheureusement, je touche la jambe de Varane. Je ne suis pas un joueur qui aime mettre des coups. Pour moi, il n'y a pas penalty. C'est mon action, je sais que je ne joue pas la faute. Si certains en voient une, c'est leur opinion », a expliqué l'international français à Marca. L'autre « fautif », Ivan Rakitic, a été plus direct encore : « Je respecte beaucoup Varane mais il ne faut pas qu'il parle de ça, sinon nous aussi on aurait des choses à dire. Il n'y a pas besoin de parler de ça. Dans un match il faut se pousser, lutter entre nous, parce qu'on veut se battre, et c'est tout », s'est défendu le Croate pour la Movistar. Un Clasico sans polémique liée à l'arbitrage n'en est définitivement pas un...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.