Liga : 4 arbitres dans le viseur de la justice espagnole ?

Liga : 4 arbitres dans le viseur de la justice espagnole ?©Panoramic, Media365
A lire aussi

Axel Allag, Media365, publié le jeudi 04 mai 2023 à 19h19

D'après des informations du média El Debate, le parquet anticorruption de la justice espagnole se pencherait sur des acquisitions suspectes de biens immobiliers effectuées par quatre arbitres de Liga. Le dossier pourrait être joint à celui des soupçons de versements occultes du FC Barcelone dans l'affaire Negreira.



Vers un nouveau scandale en Liga ? Un document long de 55 pages aurait été saisi par le parquet anti-corruption espagnol, qui, depuis moins d'une semaine se pencherait sur les investissements immobiliers de quatre arbitres de Liga (Carlos Clos Gómez, Santiago Jaime Latre, Alejandro Hernández Hernández et José María Sánchez Martínez). El Debate aurait eu accès au document en question et selon les informations du média, la justice espagnole envisagerait sérieusement de joindre ce dossier à celui des soupçons de versements occultes du FC Barcelone envers l'ancien numéro deux de l'arbitrage, Jose Maria Enriquez Negreira.

Une maison à plus de 6 millions d'euros, des arbitres très expérimentés dans le viseur

José Maria Sanchez Martinez, qui officiera théoriquement dès samedi à l'occasion de la finale de la Coupe du Roi entre le Real Madrid et Osasuna est donc dans le viseur de la justice. Alors que ce seraient des achats de biens onéreux, en liquide et sans prêt bancaire entre 2013 et 2022, qui auraient alerté les enquêteurs, l'homme en noir serait le propriétaire d'une maison de 164 mètres carrés à Murcie d'une valeur de 6 550 000 euros. Maison payée cash en 2019. Santiago Jaime, plus en activité, possèderait  lui 1,8 million d'euros d'actifs, dont une villa de 152 mètres carrés acquise le 24 janvier 2020 selon le document à en croire les informations d'El Debate. Carlos Clos Gómez, qui n'est plus en activité et officie désormais en tant que responsable de l'arbitrage vidéo au sein du Comité technique des arbitres, possèderait sept propriétés, valorisées au total plus d'un million d'euros. Parmi elles, se trouverait notamment une villa de 813 mètres carrés à Pinseque (Saragosse) achetée en espèces en 2007. Alejandro Hernandez Hernandez est toujours en fonction et compte notamment à son actif plusieurs Clasicos arbitrés. Il aurait un patrimoine de plus d'un million d'euros selon le rapport.


Le football espagnol est lui dans la tourmente depuis les révélations de l'affaire Negreira, début février. Le club catalan s'est toujours défendu de tout versement occulte, affirmant que l'argent versé entre 2001 et 2018 à l'ancien numéro 2 du comité technique arbitral espagnol servait à rétribuer des conseils, majoritairement verbaux sur l'arbitrage. Tandis que l'enquête a été confiée à un juge d'instruction de Barcelone, les révélations ont conduit la justice espagnole à inculper mi-mars le club catalan et ses anciens présidents Josep Maria Bartomeu (2014-2020) et Sandro Rosell (2010-2014) pour "corruption entre particuliers dans le secteur sportif", "abus de confiance" et "faux en écritures de commerce".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.