Espagne : Enrique tacle Moreno

Espagne : Enrique tacle Moreno©Media365
A lire aussi

Rédaction , publié le mercredi 27 novembre 2019 à 13h40

Etrange situation entre Luis Enrique et Roberto Moreno... Le premier, qui était parti de son poste de sélectionneur de l'équipe d'Espagne pour s'occuper de sa fille finalement décédée, en veut au second.



Luis Enrique l'a mauvaise. De retour à la tête de la sélection espagnole, il s'est présenté en conférence de presse ce mercredi pour sa première intervention publique depuis l'officialisation de son « come-back ». L'ancien entraîneur du FC Barcelone a ainsi donné sa version de l'histoire qui l'a conduit à reprendre son poste, après avoir pris du recul pendant 8 mois pour s'occuper de sa fille de 9 ans, atteinte d'un cancer dont elle a succombé fin août. Selon Luis Enrique, Robert Moreno est le seul responsable de cet imbroglio, parce qu'il n'envisageait plus de redevenir son adjoint pour l'Euro 2020, après avoir dirigé 9 des 10 matchs de qualification. C'est ce que Moreno a fait savoir à Luis Enrique lors d'une entrevue entre les deux le 12 septembre dernier. « Je comprends qu'il soit ambitieux, qu'il a vécu l'illusion d'être le sélectionneur, a soufflé Luis Enrique. Mais pour moi, c'est déloyal. Pour moi, l'ambition démesurée n'est pas une vertu, mais un grand défaut. Je comprends sa décision, mais je ne la partage pas. »

Luis Enrique a « reçu une offre d'un club étranger »

S'il n'a « rien à reprocher à Robert Moreno » sur le plan professionnel, Luis Enrique ne digère pas ce qu'il considère comme une trahison. « Je ne suis pas le gentil du film, mais pas le méchant non plus. (...) Il n'y avait aucun doute entre lui et moi, jusqu'à ce que ces mots disent une chose et ces actes en montent une autre. » Tout le contraire, selon l'ex-international espagnol, de Luis Rubiales, président de la Fédération espagnole, et de José Francisco Molina, directeur sportif de la RFEF. « Je dirais qu'ils ont toujours été loyaux, honnêtes et sincères. » S'il a « reçu une offre d'un club étranger », sur laquelle il n'a livré aucun détail, Luis Enrique a avoué se sentir redevable vis-à-vis de la Roja. « Je me sentais responsable, pas fier de la façon dont l'histoire s'était terminée. » Il souhaite maintenant mettre cet annus horribilis derrière lui. « Je ne me souviendrai pas de 2019 comme d'une grande année. Je veux regarder de l'avant et ne pas remuer la 'merde'. »

Vos réactions doivent respecter nos CGU.