Qualifs CDM 2018 - Bleus / Raphaël Varane : " Le barrage de 2013 sert d'expérience "

Qualifs CDM 2018 - Bleus / Raphaël Varane : " Le barrage de 2013 sert d'expérience "©Media365
A lire aussi

Thomas MICO, publié le jeudi 05 octobre 2017 à 18h00

Déjà présent lors de la double confrontation avec l'Ukraine sur la route de la Coupe du Monde 2014, Raphaël Varane estime que ce vécu doit servir aux Bleus avant d'abord les rencontres face à la Bulgarie et à la Biélorussie.



DE NOTRE ENVOYE SPECIAL A CLAIREFONTAINE

Raphaël Varane, y'a-t-il un sentiment d'urgence depuis le début de la semaine à Clairefontaine ?
Ce n'est pas un sentiment d'urgence, il faut simplement être conscient de la situation. On a envie de gagner ces deux matchs. Avant l'Euro, on nous posait souvent la question de savoir si ce n'était pas trop ennuyeux de jouer des matchs amicaux. Là, c'est ce qu'on aime. On sait qu'a les qualités pour gagner. Il ne faut pas être trop confiant, mais être déterminé sur l'objectif.

Est-ce inquiétant d'aborder une rencontre aussi importante que celle en Bulgarie samedi (20h45) avec une charnière centrale qui a peu de vécu ?
Les automatismes se créent en partie sur le terrain. Une bonne communication, c'est important. Quels que soient les joueurs qui évoluent ensemble, c'est primordial. J'ai l'habitude de parler avec tout le monde en dehors du terrain, il n'y a pas de souci particulier. Concernant Sam, on s'entend très bien.

Les forfaits de cadres vous inquiètent-ils particulièrement avant les deux matchs à venir ?
On sait qu'on a un effectif très intéressant. On voit des joueurs qui ont de grandes qualités et qui ne sont pas appelés parce qu'il y a beaucoup de concurrence. Ce sont de bons problèmes pour le sélectionneur, il y a beaucoup de joueurs avec des profils différents. C'est une chance à saisir pour d'autres joueurs. Ça permet à chacun de montrer ses qualités pour gagner du temps de jeu.

Que manque-t-il à Lucas Digne pour s'imposer, que ce soit en club ou en sélection ?
Je connais Lucas depuis petit, je connais bien son caractère et le joueur qu'il est. Il a besoin d'être patient, il est dans un très grand club. Il doit continuer à progresser, comme tout le monde. Il a d'énormes qualités, il est rapide et puissant, il a des qualités offensives et sait être solide défensivement. Il doit profiter de chacune des opportunités qui s'offrent à lui. Il a tout pour s'imposer au plus haut niveau.
Varane : « Sur les qualifs, on a manqué de régularité »
Vous aviez vécu le match contre le Luxembourg (0-0) de l'extérieur. Qu'avait-il manqué à l'équipe de France selon vous ?
On a manqué d'efficacité. Sur les qualifs, on a manqué de régularité. C'est notre marge de progression, d'essayer d'être performants sur la continuité. On est premiers du groupe, on a deux matchs devant nous et les résultats passés font qu'on est dans cette position.

Comment justifiez-vous que la Bulgarie montre un visage si différent entre les matchs à domicile et à l'extérieur dans cette campagne de qualification ?
C'est assez difficile à expliquer. Chez eux, il y a peut-être un contexte particulier, ils jouent dans un stade avec une piste, il y a une ambiance particulière. C'est une équipe bien compacte, agressive et très efficace en contre-attaques. On sait que ce sera un match difficile, on sait quel type d'adversaire se présentera face à nous.

Un nul à Sofia serait-il une si mauvaise opération ?
L'objectif, c'est clairement la victoire. On est des compétiteurs, on a toujours cette philosophie quand on aborde un match. On a un objectif clair : se qualifier. Chaque point est important et on aborde ces deux rencontres dans l'idée de gagner. On ne pense pas au match nul.
Varane : « On connait les erreurs à ne pas faire »
Vous étiez déjà lors de la double confrontation avec l'Ukraine en novembre 2013. En quoi cela peut vous servir ?
Le barrage de 2013 sert d'expérience, on a vécu une situation particulière. En jouant au Real Madrid, ça permet de jouer des matchs à enjeu, en équipe de France aussi pendant les grandes compétitions. Ça nous sert à aborder le match avec sérénité et beaucoup de détermination. On s'était fait surprendre lors du barrage aller, on connait les erreurs à ne pas faire.

Etes-vous à l'abri de tout risque de tomber dans le piège bulgare ?
Les joueurs ont l'habitude de jouer dans des contextes différents en club. On doit être capables de s'adapter. Ça ne doit pas nous changer l'objectif, on doit rester concentrés sur ce qu'on a à faire. On sait où on veut aller. On a des joueurs qui ont un vécu en club et en sélection, on est capables de s'adapter à toutes les situations.

A votre avis, faut-il privilégier l'expérience à la jeunesse pour un match de cette importance ?
Il n'y a pas de choix à faire, le coach décide quels joueurs aligner. Un groupe jeune et dynamique a une insouciance importante dans ces moments-là. Mélanger avec l'expérience, c'est intéressant. Il y a de tout dans ce groupe. Il faut s'appuyer sur nos qualités. On a besoin de tout le monde, mais il faut par-dessus tout de la solidarité. On est tous dans le même bateau.

Trouvez-vous des points communs entre Didier Deschamps et Zinedine Zidane ?
Ils ont certaines similitudes, ce sont d'anciens joueurs avec de belles carrières et très expérimentés, ils ont beaucoup gagné. Ils ont cette tranquillité pour aborder les événements importants. Zizou sélectionneur ? Pourquoi pas. Il a démontré ces qualités d'entraîneur.

A voir aussi :
>>> Kylian Mbappé : « Aller en Russie, c'est une évidence »
>>> Bleus : Lucas Digne doit-il être le remplaçant de Kurzawa dans le onze de départ contre la Bulgarie ?

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU