Petit : "Les gens m'adorent"

Petit : "Les gens m'adorent"©Media365
A lire aussi

Thomas Siniecki : publié le lundi 27 juillet 2020 à 21h09

Dans une grande interview donnée à France Football, Emmanuel Petit a abordé le thème de la réputation et de l'image pour un joueur de football, que ce soit les siennes ou celles de ses successeurs en 2020.



Emmanuel Petit, parfois victime de sa réputation, fait "un aveu" selon ses propres mots, dans un grand entretien pour France Football : "Dans la rue, les gens m'adorent. Quand ce n'est pas la police, ce sont les SDF. Quand ce ne sont pas les SDF, c'est celui qui me sert le café. Je ne sais pas comment l'expliquer. C'est 98, je veux bien, mais il n'y a pas que ça. Et s'il m'est arrivé de sortir du cadre, ç'a toujours été en essayant de respecter les gens, et pour de bonnes causes. Peut-être que les gens sont sensibles à ça, et qu'au-delà du personnage de 98, ils voient l'homme qu'il y a derrière la réputation."

S'il estime qu'un "joueur altruiste sur le terrain sera beaucoup plus volontiers solidaire avec les gens dans la vie de tous les jours", il note aussi la prédominance des réseaux sociaux qui, désormais, peuvent sauver selon lui un joueur médiocre : "C'est un thermomètre, s'exclame l'ancien milieu défensif. Tous les jours, il est connecté avec sa base de fans, avec des centaines de millions de gens abonnés à ses comptes. Il est comme un homme politique en campagne et qui sait le nombre d'électeurs qu'il peut attirer à lui. Il fera tout pour se les mettre dans sa poche (...) Certains y ont perdu la vie, ils avaient perdu pied entre le réel et le virtuel. Ils ne savaient plus qui était leur personnage. Tu peux construire une image infondée, basée sur des mensonges, et tout ça pour te donner des appuis, pour appâter les médias."

"Payet a redoré son blason (...) Anelka ou Cantona se sont enfermés"

Emmanuel Petit prend l'exemple de Dimitri Payet : "Tu vas te retrouver dans le creux de la vague, être au milieu d'une tornade de critiques pour X raisons, mais tu peux peaufiner ton image (...) Il refusait de baisser son salaire, il a été vivement critiqué sur tous les plateaux, et puis à l'arrivée, lorsqu'il prolonge, on annonce qu'il a fait des efforts financiers colossaux parce qu'il a l'OM dans son coeur. C'est aussi une façon de redorer son blason, ça n'a rien à voir avec le terrain." Sa conclusion, plus générale ? "Tu pourras te retrouver au milieu d'un cyclone médiatique qui durera trois ou quatre jours, ça prendra des proportions ridicules. C'est de l'enfantillage. Sincèrement, on a autant de temps à perdre pour ces conneries ? La face sombre des réseaux sociaux ne fait que s'accroître."

L'ex-Gunner termine en citant son époque, sans réseaux, mais où ce souci de réputation était déjà un problème : "Nicolas Anelka ou Eric Cantona se sont enfermés dans cette image, parfois de leur propre chef. C'est un problème pour moi, je les connais depuis si longtemps. Je leur dis que leur image est parfois à l'opposé de ce que je sais sur le joueur et la personne. C'est très difficile de lutter contre ça, car c'est la personne concernée qui détient la plupart des cartes, pas les médias. C'est à elle de changer son image et sa communication. Si la presse voit que tu changes, elle changera aussi, car elle suit l'opinion et non l'inverse."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.