Les retrouvailles de France 98

Les retrouvailles de France 98 ©Panoramic, Media365
A lire aussi

Paul Rouget, Media365 : publié le mardi 05 décembre 2023 à 14h33

Les champions du monde 1998 se sont retrouvés pour leur dîner annuel à Paris, sans Didier Deschamps, mais avec Zinedine Zidane, entre autres, ainsi que l'ex-sélectionneur tricolore Aimé Jacquet.


Plus de 25 ans après la conquête du premier sacre mondial de l'équipe de France, les Bleus de 1998 se sont de nouveau retrouvés pour leur repas annuel lundi soir à l'Epifani, un restaurant du 15e arrondissement de Paris situé à côté du parc André Citroën. Sans Didier Deschamps, récemment opéré du dos, ni Youri Djorkaeff, occupé par la FIFA, dont il est l'un des ambassadeurs, mais avec 13 des 22 champions du monde tricolores, rapporte Le Parisien. Aux côtés de Zinedine Zidane, héros de la finale avec son doublé face au Brésil, on pouvait ainsi retrouver Laurent Blanc, Alain Boghossian, Vincent Candela, Lionel Charbonnier, Bernard Diomède, Christophe Dugarry, Christian Karembeu, Bernard Lama, Bixente Lizarazu, Emmanuel Petit, Frank Leboeuf et Robert Pires. Olivier Dacourt, qui a lui connu la première de ses 21 sélections en équipe de France en 2001, était également de la partie.

"Ils sont là les vieux !"

Mais il n'y avait pas que des joueurs invités. Sélectionneur des Bleus de 1993 à 1998, Aimé Jacquet (82 ans) était bien présent, tout comme ses ex-adjoints, Roger Lemerre, qui lui a succédé sur le banc tricolore et a été sacré champion d'Europe en 2000, ainsi qu'Henri Emile et Philippe Bergeroo. Historique attaché de presse de l'équipe de France, Philippe Tournon, qui a pris part à sept Coupes du monde et connu neuf sélectionneurs différents, dont Deschamps jusqu'en 2018, était aussi de la fête, tout comme l'ancien médecin des Bleus, jusqu'en 2004, Jean-Marcel Ferret. Et l'ambiance semblait particulièrement bonne à en croire le cliché publié sur les réseaux sociaux par Lionel Charbonnier, troisième gardien de l'équipe de France derrière Fabien Barthez et Bernard Lama en 1998. "Ils sont là les vieux ! Ça tient... ça tient !", écrit l'ancien Auxerrois, avant de préciser qu'ils se sont tous "régalés".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.