Les Bleus s'engagent contre le harcèlement scolaire

Les Bleus s'engagent contre le harcèlement scolaire©Panoramic, Media365

Paul Rouget, Media365 : publié le jeudi 16 novembre 2023 à 13h17

Après avoir reçu la visite de Gabriel Attal, ministre de l'Éducation nationale et de la Jeunesse, les joueurs de l'équipe de France ont enregistré une vidéo pour dire non au harcèlement.


Un vrai travail d'équipe. Dans une vidéo filmée à Clairefontaine, où ils sont réunis depuis lundi pour préparer leurs deux derniers matchs des éliminatoires de l'Euro 2024, contre Gibraltar et en Grèce, les Bleus, déjà qualifiés pour ce championnat d'Europe programmé en Allemagne du 14 juin au 14 juillet prochains, ont tenu à dire non au harcèlement, après avoir reçu la visite de Gabriel Attal, ministre de l'Éducation nationale et de la Jeunesse, venu au château en compagnie de Philippe Diallo, le président de la FFF, qui comme, le ministre, a fait de la lutte contre le harcèlement l'une de ses priorités.

"Tu ne vas pas à l'école pour être malheureux"

"Normalement, quand tu vas à l'école, t'y vas avec plaisir", commence le capitaine Kylian Mbappé. "Bah oui, tu retrouves tes potes", enchaîne Ousmane Dembélé. "Et tes amis", complète Dayot Upamecano. "Tu discutes avec eux, tu t'amuses, tu rigoles", poursuit Adrien Rabiot. "Bon, tu vas en cours aussi pour apprendre avec tes profs, précise toutefois leur sélectionneur Didier Deschamps, avant de laisser la parole à son adjoint Guy Stéphan : "Et pour passer tes interros !" "En tout cas, tu ne vas pas à l'école pour être malheureux", ajoute Olivier Giroud. "C'est clair, tu ne vas pas à l'école pour qu'on se moque de toi", poursuit Eduardo Camavinga, "pour te faire insulter, te faire frapper", complète Warren Zaïre-Emery (17 ans), le benjamin du groupe. "Tu ne vas pas à l'école pour te sentir seul, triste", déclare ensuite son coéquipier parisien Randal Kolo Muani. "Il y a les réseaux sociaux aussi", ajoute Youssouf Fofana. "Franchement, c'est pas mieux", finit Boubacar Kamara.

"Si tu es victime d'harcèlement, n'aie pas honte"

"Que ce soit sur les réseaux sociaux, en classe, dans la cour, en sport, le harcèlement, c'est inacceptable...", lâche alors Kingsley Coman. "Si tu es victime d'harcèlement, n'aie pas honte. Ne garde pas ça pour toi", déclare Axel Disasi. "Nous, on te soutient et crois moi, on n'est pas les seuls", dit ensuite Lucas Hernandez, entouré de son frère Théo, de Mike Maignan et de William Saliba. "Il y a plein de gens qui sont là pour t'aider. Tes amis, ta famille, tes profs", explique Jonathan Clauss. "Il y a même un numéro que tu peux appeler, c'est le 30 18 !", précise Antoine Griezmann. "En parler, ça ne va pas aggraver le problème", enchaîne Jean-Clair Todibo, avant que Marcus Thuram n'enchaîne : "Au contraire, ça peut le régler." Pour Jules Koundé, "si tu vois qu'un copain, qu'une copine, qu'un camarade de classe souffre, fais comme nous on ferait en équipe de France." "Soutiens-le, parles-en autour de toi", ajoutent Brice Samba et Alphonse Aréola. Avant un message collectif devant le château : "Non au harcèlement !" En espérant que cette campagne puisse en faire réfléchir certains...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.