Le Premier ministre ne valide pas la modernisation XXL du Stade de France

Le Premier ministre ne valide pas la modernisation XXL du Stade de France©Media365
A lire aussi

Rémi Farge, publié le mercredi 21 novembre 2018 à 17h20

Le mois dernier, le journal L'Equipe avait révélé le projet de grands travaux du Stade de France mené par le consortium formé par Vinci et Bouygues, à qui l'Etat a confié la gestion de l'enceinte dionysienne jusqu'en 2025.

Un projet ambitieux et surtout coûteux, évalué à 450 millions d'euros, afin de moderniser le stade pour la Coupe du Monde de rugby 2023 et les Jeux Olympiques 2024. Mais de telles dépenses sont aujourd'hui impossibles, et l'Etat s'en tiendra au plan d'investissement de « seulement » 50 millions d'euros qui était déjà prévu. C'est ce que le Premier ministre Edouard Philippe a expliqué ce mercredi, dans une lettre envoyée à la Cour des Comptes et dont l'AFP révèle certains passages. Le chef du gouvernement répond aussi à l'hypothèse d'une vente du Stade de France à une structure privée au-delà du contrat de concession, qui prendra fin en 2025. « L'hypothèse d'une cession, recommandée par la Cour, fait en effet partie des options à l'étude », écrit Edouard Philippe. Pour améliorer « significativement la qualité des spectacles tant sportifs que culturels », Matignon préconise aussi de supprimer la piste d'athlétisme, ce qui permettrait certainement de faire grimper la capacité de l'enceinte en places assises. Mais il faudra pour ça attendre que les Jeux Olympiques aient eu lieu car « les épreuves d'athlétisme sont programmées au Stade de France », poursuit le Premier ministre.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.