Le match du rachat pour les Tricolores

Le match du rachat pour les Tricolores©Media365

Rémi Farge, publié le mardi 11 juin 2019 à 07h25

Corrigés en Turquie samedi (2-0), les Bleus retrouvent la compétition trois jours plus tard sur la pelouse de l'Andorre (20h45). Face à un adversaire classé au-delà du top 100 mondial, l'équipe de France ne peut pas se contenter de gagner.

Samedi soir, l'équipe de France a sombré en Turquie (2-0). Battue mais surtout incapable de trouver une solution, elle a livré un de ses pires matchs de l'ère Didier Deschamps. Il serait en revanche prématuré de tirer la sonnette d'alarme. De tout temps, même entre l'Euro 2016 et la Coupe du Monde 2018, les Bleus sont épisodiquement tombés dans un trou noir. Cela leur est arrivé en Suède ou à domicile face au Luxembourg. Encore avant, ils avaient chuté en Albanie en 2015, un an avant le Championnat d'Europe à domicile. A chaque fois, c'est le même esclandre, les mêmes réactions à l'emporte-pièce qui font fi de tout le passé, même le plus récent. Il ne s'agit pas de dire que, parce qu'ils sont champions du monde, les Bleus sont devenus intouchables. Juste de prendre un peu de hauteur, d'accepter l'échec, et de s'attacher, seulement, à ce que les accidents de parcours restent à la marge.


La chasse aux excuses
Qu'on se le dise, ce n'est pas sur la pelouse synthétique de l'Andorre que les coéquipiers d'Hugo Lloris rassureront leur monde. Ils devront gagner, et si c'est le cas, tout le monde trouvera ça normal. L'Andorre est lanterne rouge du groupe H de ces éliminatoires de l'Euro 2020, et n'a d'ailleurs toujours pas marqué un seul but, même samedi en Moldavie (1-0) contre une équipe réduite à dix. « Même si on a un potentiel supérieur au leur sur le papier, il faudra être à notre niveau sur le terrain », a toutefois prévenu Hugo Lloris en conférence de presse. Car en Turquie, le topo était, à un degré moindre, le même. Et sur la pelouse de Konya, à part le gardien, personne n'a joué à son niveau. « On était un peu surpris de notre performance. On attendait beaucoup plus, a reconnu le portier de Tottenham. Après une telle performance, la première des choses c'est de se remettre en question sur le plan individuel. »

Avant ce match dans le décor champêtre d'Andorre-la-Vieille, il a donc beaucoup été question de rachat dans la communication. « Montrer un autre visage », dixit Lloris, ou encore rappeler que « la France est une grande nation », et même mieux, qu'elle a « un statut de champion du monde » à faire respecter. C'est aussi pour ça que le capitaine tricolore, comme le sélectionneur, ont cherché à minimiser l'impact que pourraient avoir les conditions de jeu sur le match de ce mardi soir. A chaque fois que le sujet du terrain a été abordé, Lloris et Deschamps ont toujours cherché à ne pas en faire trop. Ne surtout pas donner l'impression de se plaindre, encore moins après la déroute de Konya, ou de chercher des excuses au cas où la performance serait encore décevante. Même chose pour la fatigue de fin de saison. Elle est réelle, normale après une année de Coupe du Monde, mais doit passer au second plan.


L'humilité ne sera pas de trop 
« Il y a un dernier effort à faire », a rappelé Didier Deschamps avant de penser aux vacances. Un effort qui ressemble à une formalité. A condition de jouer ce match sérieusement. « On a pris le même soin pour étudier cette équipe, a expliqué le sélectionneur en conférence de presse. C'est une équipe qui a un plan de jeu clair, une organisation défensive à laquelle tous les joueurs adhèrent. Ils y mettent beaucoup de passion et de mérite. » Et si l'Andorre est une des nations les plus faibles du continent, elle se comporte plutôt bien à domicile face aux cadors présumés. Avant la dernière Coupe du Monde, la Suisse (2-1) et le Portugal (2-0) n'avaient pas été impériaux sur cette même pelouse. En 2017, la Hongrie, aujourd'hui en tête de son groupe de qualification pour l'Euro 2020, était même venue perdre ici même (1-0). Alors on n'ira pas jusqu'à dire « prudence ». Mais l'humilité ne sera pas de trop.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.