La première de Benjamin Pavard ? " Juste énorme "

La première de Benjamin Pavard ? " Juste énorme "©Media365

Rémi Farge, publié le samedi 11 novembre 2017 à 08h35

Entré en jeu à la mi-temps vendredi soir, Benjamin Pavard a fêté sa première sélection en équipe de France contre le pays de Galles.

Et dire qu'il a failli marquer son premier but dès ses débuts sous le maillot bleu. Pas banal pour un défenseur. Mais à dix minutes du terme, Benjamin Pavard a vu sa frapper taper le poteau gallois après une montée rageuse et un bon service de Kylian Mbappé. « Je savais où était le but, je voulais la mettre au fond mais elle tape le poteau sortant donc j'étais déçu. Mais ce n'est pas grave, j'espère qu'un jour ça rentrera, » réagissait l'ancien Lillois en zone mixte après le match.
Pavard : « Ça s'est très bien passé »
Une légère déception qui n'a en rien gâché la soirée du défenseur de Stuttgart. Surprise de la liste de Didier Deschamps, le joueur de 21 ans a eu droit à sa première cape en remplaçant Christophe Jallet à la mi-temps. Un moment très fort symbolisé par le mot « énorme, » répété plusieurs fois par l'intéressé devant les médias. « La victoire est au rendez-vous, c'était le plus important, donc ça s'est très bien passé. Ma première sélection ? C'est juste énorme ! Déjà quand vous chantez l'hymne national, tous les fans sont avec vous, c'est énorme. »
Pavard : « Quand on y a goûté, on a forcément envie de rester »
Averti avant la rencontre qu'il allait entrer en jeu à la pause, Benjamin Pavard a livré une prestation solide, recherchant l'efficacité plutôt que l'esthétisme pour ne pas mettre en danger les Bleus. « Le staff et les joueurs m'ont tout de suite mis à l'aise donc c'était plus facile pour m'acclimater. Après le match tout le monde m'a félicité pour ma première, » a confié le natif de Maubeuge. A un poste peu fourni, lui se verrait bien revenir et bousculer la hiérarchie pour s'offrir un voyage en Russie dans quelques mois. « Quand on a goûté à une première au Stade de France, on a forcément envie de rester. Je vais continuer à bosser et on verra bien. » Christophe Jallet ne l'avait pas forcément vu venir, mais voilà un vrai concurrent pour la Coupe du Monde 2018.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU