Koscielny, la retraite après le Mondial

Koscielny, la retraite après le Mondial©Media365

Thomas MICO, publié le mardi 07 novembre 2017 à 16h40

En conférence de presse, Laurent Koscielny a précisé qu'il s'apprêtait à mettre un terme à sa carrière internationale après la Coupe du Monde 2018. Retrouvez l'intervention du défenseur central des Gunners.



Laurent Koscielny, quel est votre état de forme ?
Au niveau santé, ça va mieux mais ce n'est pas parfait. En ce moment, je joue davantage un match par semaine que deux. J'ai des soins quotidiens pour enlever mes douleurs au talon d'Achille. J'aime bien la défense à trois. Je cours un peu plus que par rapport à deux dans l'axe. Quand on jouait à quatre, j'étais plutôt axe gauche mais je m'habitue.

Que pensez-vous des deux prochains adversaires des Blues : le pays de Galles et l'Allemagne ?
Ce sont des matchs importants, même si le résultat ne compte pas. Ces matchs vont nous permettre de progresser et d'arriver avec le maximum de confiance pour cette coupe du Monde

Avez-vous un rôle un rôle particulier pour accompagner Presnel Kimpembe ?
C'est un jeune joueur qui a beaucoup d'expérience. C'est un bon mec. Il est à l'écoute. Il sait que son heure viendra. Oui, je sens que ça pousse, mais ils auront la place bientôt. Avec Sam (Umtiti), ils sont là aux aguets, mais j'essaie de continuer quelques mois avec l'équipe de France.

Koscielny : « Nous ne sommes pas des vieux cons non plus »


Comment voyez-vous la suite de votre carrière ?

J'ai trente-deux ans et il me reste encore quelques années devant mois, mais c'est peut-être mes derniers mois en équipe de France. J'essaie de profiter au maximum de ces moments. Je suis plus proche de la fin que du début. La nouvelle génération commence à s'imposer en équipe de France, mais il y a quelques anciens qui résistent. On essaye de s'adapter. Nous ne sommes pas des vieux cons non plus. Entre le clan des jeunes et celui des vieux, ça se passe bien.

Le Mondial 2018 sera-t-il votre dernier tournoi avec les Bleus ?
Oui, je pense. L'âge fait aussi que cette décision est à prendre. J'ai fait ce que je devais faire en équipe de France. Il me reste six mois pour m'épanouir et prendre le maximum de souvenir. On prend ce que l'on peut jusqu'en juin.

Koscielny : « C'est normal que les jeunes essayent de prendre la place »


Ressentez-vous davantage de pression ?

Quand on passe la trentaine, on gère mieux les matchs. Je suis plus positif par rapport à tout ça. C'est normal que les jeunes essayent de prendre la place. Quand j'étais jeune c'était la même chose. Ça me permet de rester au plus haut niveau, exigeant envers moi-même. Il n'y a pas de concurrence entre nous. On s'apprécie sur le terrain et en dehors, mais c'est le coach qui fait ses choix sur le choix des centraux.

Que pensez-vous de Steve Mandanda qui se retrouve numéro 1 avec l'absence de Hugo Lloris ?
C'est un très grand gardien. Je pense que son retour à Marseille lui a fait du bien. Son année à Crystal Palace lui montre que rien n'est jamais acquis dans le football. C'est un mec en or. Je l'apprécie énormément. Il est toujours là pour bosser et donner le meilleur pour l'équipe.

Quid d'Olivier Giroud ?
Dans sa carrière, il a toujours eu des passages plus compliqués que d'autres. Il a toujours su se mettre au travail. Il ne lâche jamais. On lui met souvent des bâtons dans les roues, mais il arrive toujours à s'en sortir.

 

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU