Hernandez : " Ce maillot, je le défendrai jusqu'à la mort "

Hernandez : " Ce maillot, je le défendrai jusqu'à la mort "©Media365

Raphaël Brosse, publié le dimanche 25 mars 2018 à 17h10

Ce dimanche, le défenseur de l'Atlético Madrid a tenu à faire part de son attachement pour le maillot bleu.

Comment avez-vous jugé vos premiers pas en Bleu ?Cela s'est très bien passé, mes coéquipiers ont tout fait pour me mettre dans les meilleures conditions. Quoi qu'il en soit, c'est une expérience inoubliable, qui restera en moi pour le reste de ma vie.Votre choix de jouer pour l'équipe de France est-il définitif ?Tout le monde en parle, alors je vais être le plus clair possible : je suis fier d'être Bleu et de pouvoir porter ce maillot, que je défendrai jusqu'à la mort. Ma décision a été prise il y a longtemps déjà.Qu'est-ce qui a fait basculer votre choix ?Les personnes qui me connaissent savent qui je suis. Je n'avais pas de nouvelles de l'équipe de France, mais quand le sélectionneur m'a appelé, je lui ai répondu par l'affirmative sans hésiter une seule minute. Quand on vit loin de ce pays, sans aucune nouvelle, des pensées s'immiscent, mais si le coach t'appelle pour te dire qu'il compte sur toi, tu ne réfléchis pas.Hernandez : « Ce n'est pas faux de dire que l'Espagne m'a tout donné »Antoine Griezmann a-t-il également fait du lobbying pour que vous veniez en équipe de France ?Nous en avons effectivement beaucoup parlé avec Antoine. Je lui ai demandé comment cela se passait en interne, quelle était la différence entre les A et les Espoirs... Oui, ses conseils m'ont été très précieux.Dans une interview à une radio espagnole, vous aviez pourtant dit : « L'Espagne m'a tout donné... »J'ai 22 ans, et ça fait 18 ans que je vis en Espagne. Ce n'est donc pas faux de dire que ce pays m'a tout donné. J'y ai réalisé mes études et débuté ma carrière en tant que footballeur. Je parle mieux espagnol que français. Mais tout cela n'occulte pas que mon pays, c'est la France. Je regrette que certains mots aient peut-être été mal interprétés.Pouvez-vous nous expliquer votre attachement à la France ?Ma famille, tout simplement ! Il n'y avait que ma mère et mon frère avec moi en Espagne, tous les autres membres sont restés de l'autre côté des Pyrénées.Hernandez : « Tout donner pour être dans les 23 »Vous avez honoré votre première sélection avec une défaite...C'est vrai que je pouvais espérer des débuts plus heureux ! Ce n'est pas facile à gérer, mais nous connaissons notre potentiel. La défaite est digérée, oubliée, place désormais à la Russie pour retourner la situation.Avez-vous déjà la liste des 23 dans un coin de votre tête ?Non, chaque chose en son temps. L'objectif, déjà, c'est d'avoir davantage de temps de jeu à l'occasion de cette rencontre en Russie. Et même si ce n'est pas le cas, je n'abdiquerai pas. Quoi qu'il arrive, je donnerai tout en club pour espérer intégrer la liste.A l'Atlético Madrid, vous pouvez jouer à gauche comme dans l'axe. Qu'en sera-t-il avec les Bleus ?C'est vrai, je suis un défenseur polyvalent. Pour ce qui est de mon poste en équipe de France, c'est évidemment au sélectionneur de choisir où m'aligner. Moi, je m'adapterai.Hernandez : « Compliqué d'aller à Paris »Pensez-vous que les errements défensifs aperçus contre la Colombie soient dus à un manque d'expérience ?Sur le plan défensif, c'est sûr que c'est fâcheux d'encaisser trois buts face à la Colombie. Mais je ne crois pas qu'il s'agisse d'un problème d'expérience. Au sein de notre charnière centrale, nous avions un joueur du Real Madrid (ndlr : Raphaël Varane) et un autre qui évolue au FC Barcelone (ndlr : Samuel Umtiti). L'expérience, ils l'ont. A mon avis, il faudrait regarder le bloc dans son intégralité, et ne pas uniquement se focaliser sur la ligne de quatre. A l'Atlético en tout cas, quand nous prenons un but, c'est de la faute de toute l'équipe.Vous n'avez évolué qu'en Espagne. Cela vous plairait-il de venir jouer en France ?Je suis bien à Madrid et je ne compte pas partir pour l'instant. Je ne pense pas trop à mon futur, mais je n'exclus pas cette possibilité !Le PSG, qui pourrait se mettre en quête de latéraux pour se renforcer, serait-il susceptible de vous intéresser ?Je viens de Marseille, donc ce serait compliqué d'aller à Paris (rires).

Vos réactions doivent respecter nos CGU.