Equipe de France : Hidalgo venait de revoir ses joueurs

Equipe de France : Hidalgo venait de revoir ses joueurs©Media365

Thomas Siniecki : publié le jeudi 26 mars 2020 à 16h17

Michel Hidalgo est décédé des suites d'une longue maladie. Le 12 février, ses anciens soldats chez les Bleus, Michel Platini en tête, lui avaient rendu une dernière visite. Bruno Bellone racontait alors le moment.



Il y a un mois et demi, le 12 février, Michel Hidalgo recevait la visite d'une grande partie de ses anciens joueurs en équipe de France, demi-finalistes héroïques du Mondial 1982 et/ou champions d'Europe 1984. Très diminué par la maladie, qui a donc fini par l'emporter à l'âge de 87 ans, celui qui restera comme l'éternel sélectionneur romantique accueillait chez lui, à Marseille (dans un restaurant), Michel Platini, Maxime Bossis, Alain Giresse, Luis Fernandez, Bruno Bellone, Christian Lopez et bien d'autres. Comme Jean Tigana, à l'origine de ce rassemblement en tant que président du CIF (Club des Internationaux de Football).

Euro 1984 : le sacre tant attendu des Bleus

Bellone : « Il a pris la parole, doucement »

« C'était un grand moment d'émotion et de nostalgie, relatait Bellone à L'Equipe. C'était super de le revoir, de parler avec lui et de l'embrasser. On s'est mis en file indienne, comme si on entrait sur un terrain, et on l'a embrassé chacun notre tour. On s'est présentés parce qu'il ne reconnaissait pas tout le monde, mais ce n'est pas grave, l'important c'était d'être ensemble. Je pense qu'il a dû adorer, qu'il a vécu un grand moment comme celui que nous avons vécu nous, les joueurs. Henri Emile a fait un discours, Platoche et Tigana aussi. C'était émouvant. Ils ont dit que le coach nous avait beaucoup apporté à tous. »


Bellone, deuxième buteur de la finale de l'Euro 1984 face à l'Espagne (2-0, après l'ouverture du score de Michel Platini sur son fameux coup franc relâché par Luis Arconada), relayait ensuite les mots de celui qu'il voyait tel « un papa » : « Il a pris la parole, doucement, pour dire qu'il était très heureux de ce jour où nous étions tous réunis. Il était affaibli, mais je l'ai trouvé bien. Habituellement, il fait une sieste à 14h, là il est resté avec nous jusqu'à 15h30. Je pense que ça l'a requinqué d'être tous ensemble comme avant. Si ça se refait, je serai là, parce que ce sont de grands moments. » Nul doute qu'ils auront lieu, en la mémoire du chef de famille, qui a pu partir apaisé par ces ultimes retrouvailles.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.