Equipe de France : Gagner pour effacer la Colombie

Equipe de France : Gagner pour effacer la Colombie©Media365
A lire aussi

Rémi Farge, publié le mardi 27 mars 2018 à 07h05

En Russie (17h50), l'équipe de France se retrouve dans l'obligation de gagner pour faire oublier sa défaite de vendredi contre la Colombie (2-3).

Ce devait être une manière de prendre la température dans le pays hôte de la prochaine Coupe du Monde, là où les Bleus espèrent passer un mois en juin et en juillet prochains. Ce devait être, aussi, le dernier moyen de se montrer avant l'annonce de la liste des 23 le 15 mai. C'est toujours le cas. Mais plus seulement. Avec la défaite concédée contre la Colombie vendredi (2-3), l'équipe de France s'est infligée une obligation : gagner ce mardi en Russie (17h50). Car à moins de trois mois de la Coupe du Monde 2018, enchaîner deux contre-performances face à des nations supposées inférieures ferait désordre. « Il y avait beaucoup de déception, surtout vu la physionomie du match, a raconté Laurent Koscielny sur les heures qui ont suivi le match de vendredi soir. Le coach a parlé, a donné son ressenti par rapport à ce match. Certains joueurs ont aussi pris la parole. Cela s'est bien passé. Parfois, il faut savoir pointer les manques qu'on a eu, on l'a fait, et maintenant il faut montrer un autre visage demain. »Montrer un autre visage, c'est gagner. Et rien d'autre. En apôtre de la gagne, Didier Deschamps le sait pertinemment même s'il ne le dira pas ouvertement. Lundi, en conférence de presse, son visage avait changé par rapport au dernier exercice d'avant-match, jeudi dernier au Stade de France. Plus tendu, moins souriant. « Tous les matchs en équipe de France sont importants. C'est la dernière étape avant la période de préparation. La défaite de vendredi, je ne vais pas revenir dessus, mais il vaut mieux qu'on montre d'autres choses demain », a concédé le sélectionneur, quand la question de l'importance de ce match lui a été posée. Sans compter que l'ancien capitaine de l'équipe de France n'a pas oublié de rappeler que ce rendez-vous à Saint-Pétersbourg était la « dernière ouverture » pour ceux qui veulent marquer des points. « C'est un match très important suite à notre défaite de vendredi », a résumé Laurent Koscielny. Et pour les Russes, c'est le même topo. Car même si la Russie a choisi de n'affronter que des grosses nations sur la route qui la mène au Mondial (Argentine, Espagne, Brésil, France), une victoire serait la bienvenue, après un match nul et deux défaites.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.