Equipe de France : Deschamps " très fier de continuer l'aventure "

Equipe de France : Deschamps " très fier de continuer l'aventure "©Media365
A lire aussi

Rédaction , publié le mardi 10 décembre 2019 à 16h40

C'est officiel, Didier Deschamps a prolongé jusqu'en 2022 sur le banc de l'équipe de France. Toutefois, il assure ne penser qu'à l'Euro 2020.


Didier Deschamps, quel est votre sentiment au moment d'officialiser votre prolongation à la tête de l'équipe de France jusqu'en 2022 ?

C'est toujours une fierté et un honneur pour moi d'être sélectionneur de l'équipe de France. Vous savez l'attachement que j'ai toujours eu pour ce que représente ce maillot. Je remercie le président pour sa confiance. J'apprécie beaucoup la qualité de notre relation, qui est très importante pour moi et pour le management des joueurs au quotidien. Très fier de continuer l'aventure, même si notre énergie est focalisée sur l'objectif le plus proche, à savoir l'Euro 2020, le mois de mars et la préparation de la compétition pour être le plus performant.



Vous imaginiez-vous pouvoir passer 10 ans comme sélectionneur des Bleus ?

Du point de départ à aujourd'hui, beaucoup de choses ont été faites et plutôt très bien. Ça englobe le président, Florence Hardouin, tous les services de la Fédération, qui nous ont mis dans les meilleures conditions. Je n'ai pas l'habitude de regarder dans le rétroviseur. Ce qu'on a fait, ça restera. Mais le plus important, c'est ce qu'il y a devant nous, avec cet Euro qui est important. On est les champions du monde en titre, avec une attente qui est de plus en plus forte et une exigence de résultats. Le plaisir est important, mais on est jugés sur les résultats. Si l'équipe de France n'avait pas obtenu de bons résultats depuis 2012, je pense que je ne serais pas là. A partir du moment où l'envie et la détermination sont toujours aussi fortes chez moi, je considère qu'il y a encore de belles choses à faire. Ce n'est jamais simple, parce que le haut niveau est impitoyable. On sait ce qui nous attend pour commencer cet Euro. Quand on commence une compétition, comme au Brésil pour la Coupe du Monde, ça peut paraître un manque d'humilité, mais c'est pour aller au bout et il faut battre tous nos adversaires. Ça n'a pas toujours été le cas, même si on a plus connu les joies de la victoire ces derniers temps. Il faut se remettre en cause, ne pas baisser le niveau d'exigence, parce que le haut niveau ne tolère aucun relâchement.

Deschamps : « Tout est réuni pour que nous continuions à avoir le sourire »

Vous sentez-vous toujours aussi bien dans ce rôle ?

Je suis heureux et épanoui dans cette fonction de sélectionneur. J'ai quand même le privilège de travailler avec les meilleurs joueurs français, avec un état d'esprit remarquable. Aujourd'hui, par rapport à ce que j'ai pu connaître au début, il y a un engouement et une proximité forte avec nos supporters. C'est une satisfaction, même s'il ne faut pas s'endormir là-dessus, parce qu'il suffit de peu de choses. Il faut être vigilant, mais je suis convaincu que tous les joueurs ont bien conscience de la valeur de ce maillot. Ça demande des devoirs, par rapport à la nouvelle génération notamment.



Quel est le moteur qui a motivé cette prolongation de votre côté ?

Mes joueurs, de par ce qu'ils sont et ce qu'ils font, et ce que représente ce maillot. Etre sélectionneur de l'équipe de France, ç'a toujours été un honneur et un privilège pour moi, ça l'est autant que le premier jour. A partir du moment où je n'ai pas de baisse de motivation, je me sens bien. J'ai la chance de pouvoir travailler dans de très bonnes conditions, avec une très bonne relation avec mon président et l'ensemble de la Fédération. Tout est réuni pour que nous continuions à avoir le sourire, même si on sait très bien tous les deux qu'on a de nouveaux défis importants et difficiles. On va faire ce qu'il faut pour y répondre.

Deschamps : « Je ne pourrai pas faire plaisir à tout le monde »

La relation particulière que vous avez nouée avec vos joueurs a-t-elle aussi joué un rôle ?

L'équipe de France n'est pas figée. Dans l'année et demie qui a suivi ce titre mondial, il y en a qui ont disparu ou qui ont été absents, pour blessure ou autre, et ça va continuer d'évoluer. C'est évidemment important d'avoir un noyau dur, mais on n'est jamais à l'abri. Je sais que je peux compter sur un groupe élargi de joueurs avec beaucoup de qualités. Je ne pourrai pas faire plaisir à tout le monde, certains qui ne seront pas sélectionnés mériteraient d'y être. Il y a beaucoup de joueurs qui jouent dans les meilleurs clubs, des jeunes ou des moins, certains avec un vécu et d'autres pas, ce qui ne m'empêchera pas de les prendre, si j'estime qu'ils peuvent apporter plus. Ça évolue, tout en gardant cette exigence de résultats. Avoir ce potentiel à ma disposition avec mon staff, c'est du bonheur, de pouvoir travailler dans le détail. On aura plus le temps avant l'Euro, c'est la seule période où on peut travailler plus spécifiquement, pour continuer de s'améliorer, évoluer aussi, voir de nouvelles choses.

Pensez-vous déjà à un possible doublé en 2022 au Qatar avec cette génération ?

Le Qatar, c'est très loin. Il n'y a qu'une chose qui m'intéresse, qu'une lumière qui m'attire, c'est l'Euro 2020. Je ne me suis jamais projeté plus loin qu'un objectif. Il faut l'atteindre. Après on verra. Faisons en sorte de réussir cette nouvelle échéance qui nous attend.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.