Equipe de France : Deschamps face à la presse à Clairefontaine

Equipe de France : Deschamps face à la presse à Clairefontaine©Media365
A lire aussi

Rémi Farge, publié le mercredi 29 mai 2019 à 15h45

Didier Deschamps a répondu aux questions des journalistes ce mercredi après-midi.

Didier Deschamps, Samuel Umtiti a eu beaucoup de problèmes avec son genou cette saison, avez-vous la certitude qu'il peut enchaîner deux à trois matchs en peu de temps ?

Il n'y a pas de souci sur l'état physique de Sam. Il a été arrêté pendant de longs mois. Il a eu des soucis avant la Coupe du Monde et pendant, on a fait en sorte de le gérer du mieux possible avec le staff médical. Il l'a payé après et ça l'a éloigné des terrains plusieurs mois. Il est revenu et il n'y a pas d'inquiétude. Il enchaîne moins de matchs que Clément Lenglet à Barcelone, mais vous savez, sur la hiérarchie, je vais vous répondre comme d'habitude qu'elle est évolutive. La concurrence existe pour entrer dans les 23, d'abord, et ensuite elle est logique et naturelle pour faire partie du onze de départ. Maintenant, il ne faut pas oublier que Sam est là depuis plusieurs années et qu'il a joué de grandes compétitions, alors que Clément c'est sa première convocation.

Certains joueurs n'ont pas joué depuis plus de deux semaines, ça pose un problème ?

C'est la problématique de cette période qui n'est pas idéale. On a fait en sorte de transmettre à certains joueurs un programme individualisé. Est-ce qu'ils le respectent à la lettre ? Je ne suis pas convaincu, mais il faut qu'ils restent en activité. C'est pour cela que j'ai ajouté un match amical au programme (dimanche contre la Bolivie), afin que des joueurs ne se retrouvent pas en Turquie, le 8 juin, avec un mois sans compétition.

Ce rassemblement plus long permet-il de tenter des choses nouvelles ?

On va passer plus de temps ensemble. Il y a plus de temps pour tout, sur le terrain comme en dehors, ça permet aussi de voir les joueurs dans la vie de groupe. Contre la Bolivie ? Je ne suis là pour faire des tests. Ce match doit nous servir à préparer les deux matchs suivants qui seront décisifs. Ils ne joueront pas tous, certains joueront plus que d'autres. La priorité sera de remettre les joueurs qui se sont arrêtés le 12 mai dans la compétition.

Cette semaine vous partagez les installations de Clairefontaine avec les féminines. Avez-vous un fluide à leur faire passer pour qu'elles aient autant de réussite que vous en Coupe du Monde ?

C'est un plaisir. C'est une opportunité puisque les sélections A, Espoirs et féminine se retrouvent à la même date. On va se retrouver ce soir pour partager un moment de convivialité. On n'a pas les mêmes objectifs, mais c'est important pour les filles avec cette Coupe du Monde en France qui fait l'événement. On est de tout cœur derrière elles.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.