Coupe du Monde 2018 - Bleus : Paul Pogba, on fait quoi ?

Coupe du Monde 2018 - Bleus : Paul Pogba, on fait quoi ?©Media365

Julien Pereira, publié le samedi 02 juin 2018 à 07h00

Paul Pogba a encore été décevant lors de la victoire de l'équipe de France face à l'Italie (3-1). Rien de nouveau. Jusqu'à présent, son statut n'a jamais été remis en question. Mais puisque Corentin Tolisso est un titulaire en puissance, le Mancunien a perdu du crédit.

La com' des joueurs de l'équipe de France est tellement bridée qu'elle offre parfois quelques dérapages incontrôlés. Lorsqu'il a été interrogé sur les sifflets qui ont accompagné la sortie de Paul Pogba (86eme), face à l'Italie (3-1), Samuel Umtiti a laissé filer un peu de naïveté : « Quand on n'est pas bon, on le fait pas exprès ». Le problème, c'est qu'il n'a jamais été reproché au milieu de terrain de l'équipe de France de ne pas se mettre au niveau volontairement.

Au côté de Tolisso, Pogba a souffert de la comparaison


L'inquiétude porte surtout sur le contexte : même s'il jouit depuis des années d'un statut particulier aux yeux de son sélectionneur Didier Deschamps, il y avait, vendredi soir, une réelle attente autour du Mancunien et de son rendement. Parce que désormais, la question n'est plus tant de savoir si Corentin Tolisso doit être titulaire, l'ancien Lyonnais ayant encore démontré, face à l'Irlande comme devant la Squadra Azzurra, qu'il fallait plutôt lui chercher un complément idéal dans l'entrejeu.

Au côté du meilleur milieu de terrain français de la soirée, La Pioche a largement souffert de la comparaison. D'abord techniquement, puisqu'il a été déficient à la distribution (87% de passes réussies, contre 93% pour l'ancien Lyonnais) et à la conservation (4 ballons perdus). Ensuite visuellement, tant il a semblé laxiste au duel ou friable dans l'engagement. Et puis il y a eu ce tir (75eme), à 30 mètres du but, qui a envoyé le ballon flirter avec le piquet de corner.

L'attente du geste qui change tout ou l'assurance Matuidi


A quinze jours du début du Mondial 2018, une question doit véritablement être résolue par Deschamps : de quoi l'équipe de France doit-elle se contenter au milieu de terrain ? D'un Blaise Matuidi, qui, lui, n'a jamais failli sur ces critères-là, mais que l'on attendra jamais sur l'inspiration, le décalage ou le dribble que le Red Devil est capable de produire, à n'importe quel moment ? Ou d'un Paul Pogba en dilettante, capable de se contenter d'une belle ouverture pour Lucas Hernandez et d'un décalage inspiré pour Tolisso en 86 minutes face à une Italie en pleine reconstruction ?

La réponse à cette question ne doit pas découler d'une préférence, mais bien d'un besoin. Car la Coupe du Monde réclame une tout autre exigence. Et, quoiqu'on en dise, les grands titres continentaux se décrochent bien plus « facilement » par la discipline, la rigueur et l'implication que par des coups d'éclat ou des gestes de génie. « Historiquement, l'équipe de France a toujours été très forte et compétitive dans les grandes compétitions lorsqu'elle a pu s'appuyer sur une base défensive solide, il faut en tenir compte », a d'ailleurs rappelé Hugo Lloris après la rencontre. Didier Deschamps le sait encore mieux que lui. Mais rien n'indique, pour le moment, qu'il agira en connaissance de cause.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.