Coupe du Monde 2018 - Bleus / Olivier Giroud : " Un match très particulier "

Coupe du Monde 2018 - Bleus / Olivier Giroud : " Un match très particulier "©Media365
A lire aussi

Rémi Farge, publié le dimanche 08 juillet 2018 à 12h00

En conférence de presse, ce dimanche à Istra, Olivier Giroud a évoqué la demi-finale à venir contre une équipe belge qu'il connait très bien. L'attaquant des Bleus est aussi revenu sur sa relation particulière avec Thierry Henry.

Olivier Giroud, qu'est-ce que ça vous fait d'avoir Thierry Henry sur le banc adverse ?

Je vous avoue que cela fait bizarre de l'avoir contre nous. Il a la chance d'être au sein d'une équipe qui a une très belle génération, il est là pour apprendre, pour progresser dans sa volonté de devenir coach. Thierry Henry, c'est une légende vivante du football français, c'est le meilleur buteur. Il y a beaucoup de respect pour ce qu'il a fait, mais on n'y pense pas trop. Il apprend au quotidien. J'aurais préféré qu'il soit avec nous et qu'il me conseille moi, bien sûr, mais il ne faut pas être jaloux, il n'y a rien de choquant là-dedans.

Il a déjà été très critique à votre égard, avez-vous envie lui de montrer qu'il s'était trompé ?

Il n'y a pas d'esprit de revanche, cela fait plusieurs années qu'il avait déclaré ça dans la presse. Il est revenu lui-même sur ses propos. Il y a du respect mutuel entre nous, je pense. Il faisait un métier où il fallait qu'il soit incisif, je n'ai aucune rancœur. Je serais quand même fier de lui montrer qu'il a choisi le mauvais camp (rires).

Giroud : « Le rapport de forces s'est équilibré depuis 2015 »


Qui sera favori entre la France et la Belgique ?

Pour moi, c'est du 50-50. C'est une très belle équipe, mais c'est aussi notre cas.

La Belgique pourrait évoluer avec trois centraux, cela nécessite-t-il une préparation particulière pour un attaquant ?

Ce sont des joueurs que je connais bien. Ils se sont adaptés contre le Brésil en jouant à quatre derrière, donc on ne sait pas ce qu'ils feront contre nous. Ce qui est sûr, c'est que ce sera un combat encore plus difficile. Il faudra être encore plus efficace et plus malin, car on se connait bien. Ils n'ont pas perdu depuis un long moment, mais on a les qualités avec nos attaquants pour percer cette muraille.

Quel souvenir gardez-vous du match perdu contre la Belgique en 2015 (3-4) ?

C'était un match très disputé où la Belgique avait été très efficace, assez impressionnante même. Ils jouent ensemble depuis plusieurs années et ont des automatismes. Nous, on a vu beaucoup de jeunes joueurs arriver. Mais on a pu montrer au fil de la compétition qu'on était prêts, qu'on avait très bien intégré ces nouveaux. Le rapport de forces s'est équilibré par rapport à 2015.

Beaucoup de Belges évoluent en Angleterre, cela change-t-il quelque chose dans l'approche ?

Ce sera un match particulier pour nous, on a des Belges avec nous en club. Ce match aura un petit accent anglais. Il existe aussi une grosse rivalité en la France et la Belgique. Et on n'a pas envie de se faire chambrer à notre retour à Chelsea avec NG (Kanté).

Giroud : « Je veux profiter de chaque moment »


Après avoir affronté deux équipes sud-américaines, plus le Pérou en poule, vous allez revenir à un adversaire européen. Cela change-t-il beaucoup de choses ?

Ce dernier carré ressemble à un dernier carré d'Euro. Les équipes sud-américaines n'y sont pas invitées et c'est une petite révolution. Les équipe européennes progressent et sont ambitieuses. Ce sont toujours des matchs difficiles contre les équipes sud-américaines, ils ont cette culture du combat. On s'attend à un match différent contre la Belgique. C'est une équipe qui pratique un très bon football, ce sera ouvert et beau à voir.

Ressentez-vous le besoin de parler aux plus jeunes avant cette demi-finale ?

Oui, j'essaye de leur donner des conseils. La motivation vient toute seule, jouer une demi-finale est extraordinaire, l'événement se suffit à lui-même. Ce sont des moments uniques que je ne revivrai peut-être plus. J'ai envie de profiter de chaque moment, de partager mon expérience et de transmettre ma rage de vaincre. On est plusieurs à le faire. Je connais beaucoup d'adversaires car neuf évoluent en Premier League.

Vous avez eu une carrière semée d'embûches, avant ce grand rendez-vous avez-vous des flashbacks de tout ce parcours ?

Je discute de mon parcours avec mes proches. Mon histoire est assez atypique, je suis très reconnaissant par rapport à tout ce qui m'est arrivé dans ma carrière. C'est à force de travail et d'acharnement. C'est une fierté d'arriver en demi-finale, mais le travail ne sera accompli que si on va au bout. C'est bien de regarder en arrière, mais je garde bien en tête mon objectif : ramener cette Coupe du Monde en France.

Giroud : « Si on gagne sans que je marque, je n'en ai rien à faire »


Est-ce votre meilleure période en équipe de France ?

C'est possible. Tout au long de ma carrière internationale, j'au traversé des moments difficiles et d'autres meilleurs. Aujourd'hui, j'arrive à l'âge de la maturité, j'ai de l'expérience et j'arrive à mieux gérer certaines situations. Je me sens très bien au sein de ce jeune groupe. Je me sens comme un grand frère et je ferai tout pour ce groupe qui vit très bien ensemble. Je veux les accompagner le plus longtemps possible et je m'y attache beaucoup.

Pourtant vous n'avez pas marqué. Est-ce une frustration ?

Non, je ne ressens pas de frustration. Tant que l'équipe gagne, je suis heureux. J'essaye d'ouvrir des brèches, de jouer en remise, en déviation. Je suis impliqué sur trois buts, mais c'est sûr que j'aimerais marquer. J'espère que mon tour viendra mardi ou en finale, si finale il y a. Mon jeu, c'est aussi de jouer pour mes partenaires, c'est mon côté altruiste. Champion du monde sans marquer ? (Stéphane) Guivarc'h l'a fait en 1998. Si on gagne sans que je marque, je n'en ai rien à faire.

Propos recueillis par R.F., à Istra

A voir aussi :
>>> Toute l'actu des Bleus
>>> Toute l'actu de la Coupe du Monde
>>> Bleus : Cette demi-finale, c'est le fruit d'un travail de plusieurs années

Vos réactions doivent respecter nos CGU.