Bleus : Wissam Ben Yedder préféré à Alexandre Lacazette, pourquoi ce n'est pas illogique

Bleus : Wissam Ben Yedder préféré à Alexandre Lacazette, pourquoi ce n'est pas illogique©Media365
A lire aussi

Rédaction , publié le mardi 21 mai 2019 à 16h05

Didier Deschamps a convoqué mardi Wissam Ben Yedder plutôt qu'Alexandre Lacazette pour le dernier rassemblement de l'équipe de France cette saison, pour remplacer un Nabil Fekir blessé. Un choix qui fait parler. Il n'est pourtant pas si étonnant. Voici pourquoi.



Les listes de Didier Deschamps se suivent et se ressemblent sur le cas Alexandre Lacazette. A chaque fois depuis novembre 2017, l'attaquant d'Arsenal en est absent. A chaque fois, ce choix fait débat. A chaque fois, le sélectionneur de l'équipe de France ne lui ferme pas la porte pour de bon. Rebelote mardi, après avoir préféré appeler Wissam Ben Yedder pour pallier le forfait de Nabil Fekir, touché aux adducteurs. « Il n'y a pas de raison que l'on ne le revoie plus, a assuré Deschamps mardi en conférence de presse, après avoir annoncé le nom des 24 joueurs convoqués pour les matchs contre la Bolivie, la Turquie et Andorre début juin. J'ai dû faire un choix par rapport à son concurrent Ben Yedder. Il ne pouvait pas être là les dernières fois à cause de soucis physiques. Il y a beaucoup de concurrence à ce poste. » Irrégulier chez les Bleus, même s'il avait claqué un doublé pour sa dernière titularisation en amical contre l'Allemagne (2-2), Lacazette n'a jamais pleinement convaincu Deschamps sur le plan sportif. Il n'avait d'ailleurs marqué qu'un seul but en 15 sélections jusque-là.

Ben Yedder meilleur que Lacazette statistiquement

Au-delà de cela, le courant n'est pas toujours passé entre les deux hommes. Le sélectionneur ne voit pas toujours l'ancien Lyonnais comme le coéquipier modèle dans le rôle de joker auquel il serait promis derrière Olivier Giroud voire Kylian Mbappé à la pointe de l'attaque. Peut-être qu'il ne faut pas chercher plus loin les raisons de sa non-convocation qu'une incompatibilité d'humeur entre les deux hommes. Mais ce serait faire fi de tous les atouts de la candidature de Ben Yedder, dont la seule convocation dans le groupe remontait à mars 2018, avec une petite apparition de 17 minutes face à la Colombie (2-3). L'attaquant du FC Séville accomplit d'abord une meilleure saison statistique que Lacazette, comme n'a pas manqué de le rappeler Deschamps : « Il est à 30 buts et 10 passes décisives cette saison. » Le tout en 54 matchs toutes compétitions confondues, contre 19 et 13 en 48 rencontres pour le buteur des Gunners.

Ben Yedder plus compatible avec le groupe en place

Mais la présence de Ben Yedder ne se justifie pas seulement par les chiffres. Son profil atypique est aussi une sacrée qualité : « Il a un rôle particulier en appui avec un centre de gravité bas, a soufflé DD. Il vient dans ce groupe pour être une option différente. » Etant privé de Fekir, deuxième attaquant par excellence, Deschamps n'était pas à la recherche d'un pur attaquant de pointe, ayant déjà Giroud et Mbappé pour remplir cette fonction. Il voulait un joueur complémentaire de ceux qu'il avait déjà, pas un concurrent, et Ben Yedder répond à ce critère. Sa finesse technique et sa faculté à combiner dans les petits espaces pourraient être bien utiles contre des blocs regroupés, comme ceux de la Bolivie et d'Andorre. C'est aussi un joueur qui se met au service du collectif en toutes circonstances, exactement ce que Deschamps apprécie chez les hommes du banc, pour ne pas mettre en péril l'équilibre de son groupe. Ayant franchi un palier évident cette saison, Ben Yedder répond autant à cette logique qu'à celle de la forme du moment. D'où probablement le choix final de Deschamps.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.