Bleus : Une année 2018 exceptionnelle achevée en beauté

Bleus : Une année 2018 exceptionnelle achevée en beauté©Media365

Rémi Farge, publié le mercredi 21 novembre 2018 à 08h34

Contre l'Uruguay mardi soir, l'équipe de France voulait s'offrir une belle fin d'année. Opération réussie avec une victoire contre la Celeste (1-0) qui clôt de la meilleure des façons une année exceptionnelle.

DE L'UN DE NOS ENVOYÉS SPÉCIAUX AU STADE DE FRANCE


« On se devait de bien finir l'année devant notre public ». Cette phrase qu'il a répété en quittant le Stade de France mardi soir, Benjamin Pavard a dû l'entendre en boucle depuis vendredi et la défaite des Bleus aux Pays-Bas (2-0). Baladés et sonnés par une équipe néerlandaise largement supérieure ce soir-là, les champions du monde ont dû se remettre au boulot pour bien finir l'année contre l'Uruguay, ce qu'ils ont su faire en l'emportant d'une courte tête (1-0). Ce n'était pas essentiel, car un deuxième match d'affilée sans victoire n'aurait en rien effacé la formidable année vécue par ces Bleus, mais un final sans sourires aurait gâché cette longue pause de quatre mois sans matchs internationaux qui débute.



Encore des étoiles dans les yeux
« La prestation d'ensemble a été très bonne. Il était important de repartir sur une dynamique de victoire. On a fait un match sérieux, contrôlé. On aurait pu marquer plus de buts mais on se contente de ce 1-0. C'était le meilleur moyen de terminer l'année qui a été fantastique », a débriefé Hugo Lloris en zone mixte. Ce n'était pas forcément de la nostalgie, mais tous ont senti le besoin d'insister sur le caractère magique de ce millésime 2018 au moment de se quitter pour un long moment. « On a vécu de grands moments avec cette Coupe du Monde », a enchaîné le gardien tricolore. « On sait ce qu'on retiendra même si aujourd'hui on regarde devant. Cette année 2018 restera dans les mémoires et aujourd'hui c'était bien de terminer par une victoire », a ajouté Blaise Matuidi.


Reste cette petite fausse note en bas du tableau : la non-qualification pour le dernier carré de la Ligue des Nations. Depuis mars et le revers en amical contre la Colombie, l'équipe de France n'a chuté qu'une fois, et cet accident lui est fatal. « On a fait un mauvais match et on le paye cash, ce qui prouve bien qu'il faut faire attention à tous les matchs, il faut répondre présent à tout moment », a mis en garde Antoine Griezmann. « C'est une déception, on voulait y participer », a de son côté soufflé Blaise Matuidi. « Cela reste une grande année. Tous les pays aimeraient être à notre place », a finalement dédramatisé Didier Deschamps en conférence de presse.



Un final réussi qui chasse le petit fantôme des Pays-Bas
Compétiteur à l'extrême, le sélectionneur de l'équipe de France a transmis cette haine de la défaite à ses joueurs. Vendredi soir, ils n'en menaient pas large au moment de répondre aux questions des journalistes au Feyenoord Stadion. Parce qu'ils avaient trébuché d'une part, mais aussi et surtout parce qu'ils savaient qu'ils avaient eu tout faux d'autre part. Lundi soir, quand l'Allemagne menait de deux buts face aux Pays-Bas, les Bleus étaient à table. L'entame allemande leur a sûrement ouvert l'appétit. Mais la digestion fut difficile. Mardi soir, en gagnant contre l'Uruguay et regardant derrière eux, ils ont chassé ce tout petit fantôme de leur esprit. Quand ils se retrouveront en mars 2019, ils seront toujours champions du monde et ce pendant 4 ans encore.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.