Bleus : Lizarazu, le stress et le Covid

Bleus : Lizarazu, le stress et le Covid©Panoramic, Media365

Emmanuel LANGELLIER, Media365 : publié le mercredi 11 novembre 2020 à 16h39

Avant la tenue de France-Finlande, Bixente Lizarazu a exprimé un point de vue intéressant sur le stress des joueurs lié au Covid-19.



Depuis maintenant plusieurs mois, le monde entier doit composer avec. Le coronavirus sévit sur toute la planète, personne n'est épargné, y compris les sportifs. Plusieurs éléments de haut niveau ont déjà été touchés par ce satané Covid-19 qui a évidemment eu des répercussions sur le football, sport le plus universel. Les joueurs doivent désormais apprendre à vivre avec et ce que cela engendre.

« Avec le Covid, les joueurs doivent vivre en vase clos, dans une atmosphère pesante et contraignante, avec moins de libertés »

Dans sa chronique publiée dans L'Equipe avant la rencontre amicale entre la France et la Finlande au Stade de France (coup d'envoi à 21h10), Bixente Lizarazu évoque le stress du footballeur professionnel. Un stress habituel, quotidien, auquel s'ajoute aujourd'hui le coronavirus. « En temps normal, le stress principal du joueur, c'est celui du match, de la compétition : être bon sur le terrain. L'instabilité d'un club ou la pression négative de l'environnement peuvent aussi y contribuer. Mais les risques sont aujourd'hui décuplés. Avec le Covid, les joueurs doivent vivre en vase clos, dans une atmosphère pesante et contraignante, avec moins de libertés, des protocoles stricts pour le moindre déplacement, des contrôles permanents. Ils redoutent aussi de contracter le virus, ils jouent dans des stades vides », explique le champion du monde 1998.

Lizarazu : « Je ne pense pas qu'on mesure encore toutes les conséquences de la situation actuelle pour les joueurs »

« Psychologiquement, c'est très lourd à supporter, l'usure mentale est beaucoup plus rapide et je suis sûr que les footballeurs font aujourd'hui leur métier avec bien moins de légèreté et de plaisir qu'avant le Covid, glisse l'ancien latéral gauche. D'ailleurs, je n'ai pas le sentiment de voir en ce moment beaucoup de matches de très haut niveau et des joueurs à leur top. Un footballeur ne peut pas gérer sa fatigue à sa guise, il a un calendrier à respecter : quand tu dois jouer alors que tu es fatigué, tu sais que tu te mets en danger, c'est plus stressant... »

« S'il a une très bonne relation avec son entraîneur ou son préparateur physique, il peut dire qu'il a besoin de repos. Mais ce n'est pas facile à dire parce qu'un footballeur doit toujours se montrer fort vis-à-vis de son entraîneur. Dans le même temps, la situation économique des clubs est plus délicate. Les affaires, les transferts se font moins facilement et, dans les effectifs, les situations sont plus figées, ce qui peut aussi être source d'inquiétude pour certains joueurs. Pour toutes ces raisons, je ne pense pas qu'on mesure encore toutes les conséquences de la situation actuelle pour les joueurs. On en voit seulement les effets immédiats. Mais l'accumulation de ces vecteurs d'usure, mentale et physique, en aura peut-être d'autres à plus long terme », conclut Lizarazu en évoquant un aspect rarement abordé à ce niveau.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.