Bleus : Les confessions de Djorkaeff sur deux matchs mythiques

Bleus : Les confessions de Djorkaeff sur deux matchs mythiques©Media365
A lire aussi

Guillaume MARION, Media365 : publié le dimanche 04 septembre 2022 à 14h20

Pour L'Equipe, Youri Djorkaeff est revenu sur deux rencontres importantes dans l'histoire des Bleus : la défaite contre la Bulgarie en 1993 et la victoire contre le Brésil en 1998.



Au sein de la belle histoire de l'équipe de France de football, riche de quatre titres majeurs en Coupe du monde (1998 et 2018) et à l'Euro (1984 et 2000), de nombreux matchs mythiques ressortent du lot... pour le meilleur ou pour le pire. En effet, la défaite contre la Bulgarie (1-2), lors des qualifications pour le Mondial 1994, reste notamment en mémoire suite à un fait de jeu mêlant David Ginola en fin de rencontre, qui cause par la suite l'élimination des Bleus. A ce sujet, Youri Djorkaeff a livré une étonnante anecdote. « C'est moi qui dois entrer et pas David (Ginola). Gérard Houllier nous envoie nous échauffer. Aimé (Jacquet) me dit que c'est moi qui entre. Mais le Parc des Princes commence à scander le nom de Ginola. Ça fait hésiter Gérard. Et, finalement, il fait entrer David... Sans la pression du Parc, je rentre à sa place », a confié le milieu offensif français.

Une dispute mémorable en 1998

« Je regrette, dans cet événement-là, qu'on ait pointé du doigt David. On a tous perdu, on a tous été éliminés et ce n'était pas la faute d'un joueur », a poursuivi le joueur passé notamment par l'Inter Milan au cours de sa carrière, lors d'un entretien pour L'Equipe. Par la suite, l'intéressé s'est livré sur une grosse engueulade survenue à la mi-temps de la finale de la Coupe du monde 1998 contre le Brésil (3-0). « On menait pourtant 2-0. Il y en a qui disaient à répétition : "On ne lâche rien, on ne lâche rien." On était quelques-uns à ne pas avoir envie d'entendre ça à ce moment-là et ça nous a excités, s'est souvenu "The Snake." Et ça a explosé. Puis au bout de quelques minutes, Aimé a claqué un : "Arrêtez vos conneries !" Tout est revenu dans l'ordre. » A quelques mois du Mondial 2022, si Djorkaeff pense les Bleus armés pour l'emporter, Olivier Giroud n'a lui pas fait une croix sur une possible sélection pour le Qatar.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.