Bleus : Le plein de confiance contre l'Andorre pour basculer sur un mois d'octobre charnière

Bleus : Le plein de confiance contre l'Andorre pour basculer sur un mois d'octobre charnière©Media365

Rémi Farge, publié le mardi 10 septembre 2019 à 07h25

L'équipe de France affronte l'Andorre, lanterne rouge de son groupe qualificatif pour l'Euro 2020, ce mardi soir au Stade de France (20h45). Un match à priori sans danger que les Bleus vont surtout chercher à se rendre facile.

On ne va pas chercher à vous vendre du rêve. Non, l'affiche entre la France et l'Andorre n'est pas la plus emballante au programme des Bleus. Le Stade de France ne fera d'ailleurs pas le plein pour ce deuxième match du rassemblement après la victoire contre l'Albanie, et 55 000 spectateurs « seulement » sont attendus par la FFF dans l'enceinte dyonisienne. Ce n'est pour ça que Didier Deschamps et ses hommes prennent ce match contre l'équipe de la Principauté à la légère. On s'en serait douté, et quand dès samedi soir, Benjamin Pavard a parlé d'une rencontre « compliquée », on y a reconnu la patte du sélectionneur tricolore.

L'Andorre est dernière mais les Bleus restent « vigilants »

« Nous sommes toujours en vigilance. Quand le premier match se passe très bien, il y a toujours un peu de relâchement. On va être attentifs à ça », a confié Didier Deschamps devant la presse lundi. Ces derniers mois, ses joueurs montrent de meilleures choses contre les blocs bas, à l'image des larges succès contre la Moldavie et l'Albanie dans ces éliminatoires. De quoi s'éviter des maux de tête pour rien. « Depuis le titre de champion du monde, on a la capacité à avoir une maîtrise supplémentaire et à avoir moins de difficultés face à une équipe regroupée. On aura une autre réponse demain (mardi) », opine du chef l'homme fort des Bleus.



La recette ne change pas d'un rendez-vous à l'autre : « Bien utiliser le terrain, mettre du rythme dans les passes », liste Hugo Lloris. Didier Deschamps y ajoute de « la variété, de la vitesse et de la percussion pour déséquilibrer » le bloc adverse. Un bloc andorran qui reste sur une défaite en toute fin de partie en Turquie. « C'est certainement un match-référence pour eux. Ils ont été très proches d'un exploit », note le capitaine tricolore, qui y voit un moteur en termes de confiance pour l'adversaire des Bleus. « On reste sur nos gardes. Il ne faut surtout pas tomber dans la facilité », résume Raphaël Varane.

Le danger est plus concret pour l'Islande et la Turquie

En tête de son groupe de qualification, la France ne possède aucune marge de manœuvre. La Turquie et l'Islande comptent le même nombre de points à mi-parcours, et seule la différence de buts penche nettement en faveur des Bleus. « On sait que c'est très serré. Si on peut gagner en différence de buts, c'est toujours intéressant », juge Lloris. Surtout qu'il serait de bon ton de faire le plein de confiance avant un mois d'octobre au couteau, pendant lequel l'équipe de France jouera successivement l'Islande et la Turquie. Le topo est donc le même pour les deux rivaux des Bleus. Avec toutefois un rendez-vous un petit peu plus piégeux ce mardi : un match en Albanie pour les Islandais, et un voyage en Moldavie pour les Turcs.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.