Bleus) : Didier Deschamps ne veut pas trembler face à la Moldavie

Bleus) : Didier Deschamps ne veut pas trembler face à la Moldavie©Media365

Arthur Merle, publié le lundi 11 novembre 2019 à 15h36

Présent en conférence de presse à trois jours de la réception de la Moldavie, Didier Deschamps a insisté sur l'importance de valider dès jeudi la qualification pour l'Euro. Le sélectionneur des Bleus s'est montré clair, il n'est pas là pour « faire des expériences » dans sa composition d'équipe.

Jeudi, si tout va bien, l'équipe de France s'imposera contre la Moldavie et validera sa qualification pour l'Euro 2020 à une journée de la fin de ces éliminatoires, à l'occasion de la 99eme de Didier Deschamps sur le banc des Bleus. Mais officiellement, rien n'est encore fait. Et sans aller jusqu'à comparer la situation à celle de 1993, le patron des Tricolores a livré un message clair : aucune place ne sera accordée au relâchement. « L'équipe de France est quasiment qualifiée et je n'aime pas les quasiment, a-t-il lancé en conférence de presse. Ce n'est pas la même situation qu'en 1993 mais nous ne sommes pas à 100% qualifiés. Faisons en sorte que le match contre la Moldavie soit une formalité. Il faut lutter contre un sentiment de confort qui pourrait s'installer inconsciemment ».

Deschamps : « Je n'ai pas beaucoup de temps, je resterai dans ma logique »



Victoire 4-1 à l'aller ou pas, Moldavie dernière du groupe H ou pas, Deschamps alignera ses meilleurs hommes au stade de France. « Je ferai en sorte de mettre la meilleure équipe sans prendre de risques. Je ne sais pas ce qui peut se passer, comme la dernière fois avec la blessure de N'Golo (Kanté). Je ne suis pas là pour faire des expériences, je n'ai pas beaucoup de temps, je resterai dans ma logique pour obtenir le résultat que l'on veut ». Il sera donc l'heure de terminer le boulot, pas de donner du temps de jeu à ceux qui en ont moins. Même si certains bénéficieront des forfaits : Paul Pogba et Blaise Matuidi sont out, notamment. Reste que, quoiqu'il arrive, les Bleus ne seront pas maîtres de leur destin en ce qui concerne la première place, occupée par la Turquie grâce à sa meilleure différence particulière.

Deschamps : « Historiquement, ça n'a jamais été simple »

« L'idéal était de finir premier, a évidemment reconnu DD. Faisons ce qu'on doit faire, après s'il y a des nouvelles positives... La Turquie a son destin entre ses pieds ». Dans un groupe présenté comme abordable, l'équipe de France pourrait donc finir deuxième et se qualifier, au mieux, à une journée de la fin. « Je n'ai pas souvent vu l'équipe de France qualifiée à trois journées de la fin, a tout de suite tempéré l'ancien coach de l'OM à ce sujet. On a eu une double-confrontation contre un adversaire direct qu'est la Turquie et à partir du moment où on prend un point sur six... Mais je le répète, historiquement ça n'a jamais été simple ». Et ce n'est pas à Deschamps que l'on appendra que l'important, c'est ce qui se passera l'été prochain...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.