Bleus : Deschamps estime que l'affaire Kurzawa est privée

Bleus : Deschamps estime que l'affaire Kurzawa est privée©Media365
A lire aussi

Aurélie SACCHELLI, publié le jeudi 28 septembre 2017 à 15h01

Même s'il a insulté son sélectionneur dans une vidéo, Laywin Kurzawa a tout de même été sélectionné en équipe de France, car Didier Deschamps estime que cette affaire est privée.

Karim Benzema étant blessé et donc non-sélectionnable, aucune question n'a tourné autour du cas de l'attaquant du Real Madrid lors de la conférence de presse de Didier Deschamps ce jeudi, pour annoncer la liste des joueurs retenus pour les matchs contre la Bulgarie et la Biélorussie. Mais le sélectionneur de l'équipe de France a été interrogé sur une autre polémique extra-football, à savoir celle concernant Laywin Kurzawa. Il y a dix jours, Europe 1 avait révélé que le défenseur international du PSG avait insulté son sélectionneur dans une vidéo, qui a atterri dans les mains d'une bande de malfaiteurs souhaitant lui extorquer 100 000 euros. Cinq hommes ont été mis en examen et l'enquête est toujours en cours. Malgré les insultes, Didier Deschamps, qui n'a pas précisé s'il avait vu la vidéo, a préféré passer outre, et sélectionner le latéral gauche.
Deschamps : « Je considère que cette affaire est privée »
« Je ne vis pas sur des a priori. Je considère que cette affaire est dans le domaine privé et à ce titre-là, j'ai pris la décision de le sélectionner », a débuté Deschamps. Relancé sur le sujet, le sélectionneur a livré le même message : « Je ne vais pas me poser des questions outre-mesure. Je considère que cette affaire est privée, moi je prends des décisions dans un cadre sportif et je m'en tiens à ça. Après, les débats que vous pouvez avoir, ça fait partie de l'actualité. » Même si les faits sont très différents, la réponse a été la même concernant Kinsgley Coman, condamné à 5000 euros d'amende pour violences conjugales il y a deux semaines. « C'est une affaire privée. Les faits ont été rendus publics, mais ça reste une affaire privée », a conclu Deschamps, bien plus bavard quand il s'est ensuite agi de parler du terrain.

 
7 commentaires - Bleus : Deschamps estime que l'affaire Kurzawa est privée
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]