Bleus : Andorre, Le Graët, Algérie... Deschamps fait le point

Bleus : Andorre, Le Graët, Algérie... Deschamps fait le point©Media365
A lire aussi

Rédaction , publié le mercredi 11 septembre 2019 à 00h15

Ce mardi soir, en conférence de presse, Didier Deschamps est revenu sur la victoire de son équipe contre Andorre, ainsi que sur les propos de Le Graët et le possible amical contre l'Algérie.

Didier Deschamps, quelle analyse faites-vous de ce match ?

Le score aurait pu être plus large à travers le penalty, les deux barres transversales et deux-trois arrêts superbes du gardien en face. On aurait pu avoir une meilleure efficacité mais à côté de ça on a quand même mis trois buts, en ne laissant rien à l'adversaire qui était peut-être encore plus regroupé que l'Albanie. Plus on a d'efficacité, mieux c'est, mais on a quand même marqué sept buts en deux matchs et, chose qui n'arrive pas si souvent que ça, ce sont deux joueurs du banc qui marquent (Ikoné face à l'Albanie, Ben Yedder contre Andorre). On a eu une énorme maîtrise sur tout le match avec une grande qualité dans la circulation. On a peut-être manqué un peu de mouvement par moments ou de précision sur les centres, mais les Andorrans étaient tellement nombreux dans la surface que ce n'était pas évident. Le contrat est rempli sur ces deux matchs et en termes de contenu, il y a beaucoup de positif.

Comme vous l'avez souligné, les remplaçants ont apporté une plus-value lors de chacun de ces deux matchs...

C'est bien que ceux qui ont eu du temps de jeu, ça n'a pas été le cas de tout le monde, puissent se mettre en valeur. Je préfère avoir tout le monde à disposition et j'espère que ce sera le cas lors du prochain rassemblement par rapport aux deux rencontres que l'on aura à négocier (Islande et Turquie). Mais cela donne des solutions supplémentaires. Le groupe est là dans l'esprit, l'envie et le plaisir que les joueurs prennent à jouer ensemble. Et le plaisir qu'ils donnent aussi. Il y avait beaucoup de monde samedi, il y en avait encore beaucoup ce soir. Moi aussi sur le banc, je prends du plaisir à les voir évoluer comme ça. Il y a un fil conducteur et une idée collective très intéressante.

Antoine Griezmann vient de rater deux penalties d'affilée. Risque-t-il de douter ?

Antoine ne gamberge pas. Quand il a fallu les mettre, il les a mis. Quand c'était des penalties décisifs, le pied n'a pas tremblé. Il reste sur deux échecs. J'en parlerai avec lui peut-être mais le connaissant, s'il y en a un troisième à tirer le mois prochain, il sera là.

« Noël Le Graët a toujours lutté contre les discriminations »

Jonathan Ikoné a une nouvelle fois montré des choses positives...

C'est un jeune joueur mais ses qualités de dribble et de percussion sont intéressantes. Il a encore une bonne marge de progression. Il sait très bien - et je le lui ai dit - que s'il est là, c'est parce qu'il y a forcément des joueurs absents. Mais il a bien profité du temps de jeu que je lui ai donné. Pour un joueur offensif, être décisif est quelque chose d'important. Forcément, les lendemains seront différents pour lui car il est devenu international et parce qu'il a marqué et a fait marquer. C'est un élément que je suivais depuis un bon moment. Quand on a l'opportunité de donner du temps de jeu à des joueurs et qu'ils font en sorte d'être performant, c'est bien.

Qu'avez-vous pensé des récentes déclarations de Noël Le Graët ?

Je n'ai pas pour habitude de commenter les déclarations de mon président. Ce que je peux vous assurer, car je le connais bien depuis plusieurs années, c'est que sur le plan humain c'est quelqu'un qui a toujours lutté contre toutes les discriminations dans le sport et le football. Tous les services de la Fédération vont dans ce sens-là pour qu'il y ait le moins de problèmes possibles dans le football. Je ne vais pas rentrer dans la polémique et en rajouter. Vous connaissez ma position et je vous l'ai déjà dite. On aspire tous à ce qu'il n'y ait pas de problème. Il y en a forcément. Après, c'est aux instances, y compris le ministère, de faire en sorte de trouver les meilleures solutions pour que le football, le sport le plus populaire qui a toujours eu cette faculté de réunir et unir les gens, le reste. Et que ce ne soit pas une minorité, quelle qu'elle soit, qui puisse venir nuire à la beauté de ce sport.

Kingsley Coman est-il en train de s'imposer comme étant un titulaire en puissance ?

Je ne vais pas me plaindre d'avoir une solution supplémentaire (sourire). Kingsley était déjà avec nous avant l'Euro. A l'Euro, il a été performant. Ce qu'il a ajouté depuis la saison dernière avec son club et sur ces deux rassemblements, c'est qu'il est beaucoup plus efficace. Il avait toujours cette faculté d'éliminer et de créer du danger. Aujourd'hui, il fait marquer et il marque. J'espère quand même pouvoir récupérer tous mes joueurs sur le plan offensif. J'aurai des choix à faire. Je ne pourrai pas tous les prendre. Kingsley avait besoin de ça. Ces deux matchs vont lui redonner encore plus confiance. C'est du même niveau que ce qu'il réalise avec son club. Je ne sais pas s'il avait un blocage, mais il avait besoin de ces performances-là pour être encore un peu plus épanoui.»

Un match amical face à l'Algérie pourrait être organisé en 2020. Y êtes-vous favorables ?

Je ne sais pas quand cela sera possible mais évidemment que c'est un match que l'on jouerait avec plaisir, que ce soit chez nous chez eux. il n'y a aucun problème là-dessus.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.