Benzema : Les leçons du film diffusé sur Canal+

Benzema : Les leçons du film diffusé sur Canal+©Media365
A lire aussi

Rédaction , publié le dimanche 12 novembre 2017 à 23h30

Dans un documentaire ressemblant au film de la vie de Karim Benzema, l'attaquant du Real Madrid, ses proches et plusieurs joueurs reviennent sur l'ascension du gamin d'un quartier de la banlieue lyonnaise et, évidemment, sur sa mise à l'écart de l'équipe de France. Voici ce qu'il faut en retenir.

De nombreux grands noms prennent sa défense
Tout au long du documentaire, de nombreux grands noms du football français et international se succèdent pour prendre la défense de Karim Benzema ou, tout du moins, en dresser un portrait très positif. Dans un ordre aléatoire, le film met en lumières les témoignages de Zinedine Zidane, Thierry Henry, Franck Ribéry, Florentino Pérez, Samir Nasri, Cristiano Ronaldo ou encore Gareth Bale. Le président du Real Madrid compare même le Français à « un mélange entre Ronaldo le Brésilien et Zidane », quand Henry évoque « une légende vivante ». Du côté de Lyon, où s'attarde longuement le documentaire, Juninho dit sa fierté d'avoir pu participer à l'émergence du joueur de 29 ans. Enfin, Jean-Michel Aulas confie avoir pour Benzema « les yeux d'un père ».

 
L'affaire de la sextape : « Je n'ai aucune excuse à faire »
Interrogé dès le début du documentaire sur l'affaire de la sextape, Karim Benzema est franc : il ne s'excusera pas car il n'a selon lui rien à se reprocher dans cette affaire. « Quand tu n'as rien fait... Je n'ai aucune excuse à faire ! L'erreur que j'ai fait c'est de vouloir aider et protéger quelqu'un, et derrière ça s'est transformé en horreur. » Sur le début de l'affaire, le Madrilène justifie son intervention au 20h de TF1 par la volonté de rétablir sa vérité suite aux premières interviews accordées par Mathieu Valbuena. « Il dit n'importe quoi. Il est tombé sur la tête », dit Benzema. Plusieurs fois, la possibilité d'une décision politique sur sa non-sélection pour l'Euro 2016 revient sur le tapis. Son agent évoquant par exemple « une intervention lancinante et répétitive de Manuel Valls ».
L'équipe de France : « L'histoire n'est pas finie »
Questionné dès les premières secondes sur une possible retraire internationale pour mettre fin à cette situation, le joueur répond par la négative sans hésitation. « C'est trop facile de dire que je me retire. Ce n'est pas moi. L'histoire n'est pas finie », assure-t-il. De sa non-sélection à la Coupe du Monde 2010 à la confiance de Laurent Blanc pendant l'affaire Zahia, Benzema balaye toute son histoire tumultueuse avec les Bleus sans oublier le barrage retour contre l'Ukraine, qu'il décrit comme sa « plus belle émotion en équipe de France ». Pas appelé en sélection depuis plus de deux ans, il a décidé de se tenir à cette ligne de conduite : « Vu qu'on ne veut pas me donner d'explications, je me dis maintenant que c'est parce qu'il y a meilleur que moi en équipe de France. Il ne donne jamais d'explications, il contourne le sujet à chaque fois. »
Son image : « On raconte pas mal de conneries »
Plusieurs sondages ont montré depuis le début de l'affaire de la sextape à quel point l'opinion publique rejetait massivement un retour de Karim Benzema en équipe de France. Le natif de Bron réfute : « Je trouve qu'on raconte pas mal de conneries, qu'on fait des faux sondages, qu'on bourre des choses avec des ondes négatives. Chaque fois que je me déplace, je croise tous types de personnes et je n'ai jamais été critiqué ou insulté », juge-t-il. S'il assure ne plus faire attention à ce qui se dit sur lui, son père ne cache pas sa souffrance : « Nous, on souffre. Alors, lui... ». Interrogé lui aussi, le rappeur Booba attribue ce déficit d'affection auprès de l'opinion publique aux origines de son ami. « Il vient d'un quartier et est d'origine algérienne, donc d'emblée c'est un vilain petit canard. Aux yeux des dirigeants et des chefs d'Etat, ça reste des petits jeunes de quartier auxquels on donne beaucoup d'argent », estime Booba.
Instagram : « Si ça me fait rire, je like »
Voilà l'un des sujets sur lequel l'intéressé n'a pas été interrogé lors de son interview accordée au Canal Football Club plus tôt ce dimanche. Au sujet de ses « likes » sur Instagram, sur des photos moquant Olivier Giroud et Didier Deschamps, l'ancien Lyonnais répond par l'humour : « Peu importe qui est sur la photo. Si ça me fait rire, je like. C'est juste parce que ça me fait rire. » Le rappeur Booba, à l'origine d'un des montages photo en question, va dans le même sens que lui : « On a le droit de rigoler non ? Il devrait être content de ne pas être sélectionné ? Et la liberté d'expression ? »

 

 

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
40 commentaires - Benzema : Les leçons du film diffusé sur Canal+
  • Mr Beznzema,je respecte votre amour pour l'Algerie.Mais vous faites une erreur,c'est que vous croyez que c'est un motif suffisanr pour faire la loi en France.Ni vous ,ni Ben Arfa ne ferez la loi ici,d'autant que Deschamp le Basque n'est pas pret a se faire dicter sa loi par qui que ce soit .

  • ca vaut rien ce mec il casse Dechamp de raciste et pourtant quand il était en équipe de france il ne marquait jamais et dechamp le laisser jouer.
    je confirme c'est de la racaille .
    s'il revient en équipe de France il va se faire pourrir de siflets.

  • Je pense que Didier Deschamps n'a plus trop le choix. S' il reprend Benzema qui est un excellent joueur tous les medias seront focalisés sur Benzema au détriment du groupe.
    Alors Didier Deschamps quelque soit votre décision nous soutiendrons toujours l' équipe de France
    Allez les bleus!

  • Pareil s'il reviens en équipe de France je ne regarde plus les matchs.....ce mec c'est exactement un échantillon des problémes de la France """la racaille"

  • Eloge de la racaille.