Amical - Bleus : L'Allemagne, ce test pour fixer les ambitions en Russie

Amical - Bleus : L'Allemagne, ce test pour fixer les ambitions en Russie©Media365
A lire aussi

Rémi Farge, publié le mardi 14 novembre 2017 à 07h39

En Allemagne ce mardi soir (20h45), la France va pouvoir se frotter à ce qui se fait de mieux dans le monde depuis dix ans. Une manière de se jauger et d'en savoir un peu plus sur son niveau, histoire de fixer les ambitions pour la Coupe du Monde en Russie.

Depuis sa défaite contre l'Espagne en début d'année, l'équipe de France n'a plus été confrontée à pareille adversité. L'Angleterre n'avait pas tenu le choc au Stade de France, et les Pays-Bas n'ont plus rien de commun avec qu'ils étaient il y a quelques années. Alors forcément, affronter l'Allemagne à sept mois de la Coupe du Monde 2018, c'est un bon indicateur des ambitions que pourra avoir cette équipe tricolore en Russie. Dès vendredi, après leur succès contre le pays de Galles, Corentin Tolisso, Blaise Matuidi et les autres parlaient d'ailleurs de « match test » à propos de leur déplacement à Cologne. Trois jours après, le discours n'avait pas changé en conférence de presse lundi. « On a la chance d'affronter les champions du monde en titre, cela va nous permettre de nous tester, d'accumuler de l'expérience car c'est un match de haut niveau », reconnaît Raphaël Varane.

 
Deschamps : « L'Allemagne est au-dessus »
 

En revanche, le défenseur et son sélectionneur n'ont pas le même discours quand il s'agit de se comparer à la Mannschaft. Il y a Varane le compétiteur, et Deschamps le réaliste, ou plutôt le fin communicant. « On n'a pas à se sentir inférieur à l'Allemagne », juge ainsi le Madrilène, pendant que le champion du monde 1998 place l'Allemagne « au-dessus » de la France aujourd'hui. Arguments à l'appui : « Ils ont commencé en 2006 et ont obtenu le titre suprême huit ans après. Cela montre le temps que demande le niveau international. C'est avec le temps qu'on arrive à avoir cette expérience, et sur ce plan on est encore en déficit car j'ai beaucoup de jeunes joueurs qui ont beaucoup de qualités mais qui n'ont pas ce vécu », estime le Basque.

 
Löw : « La France est meilleure que l'Angleterre »
 

Car depuis l'Euro 2016, moment où les deux nations se sont affrontées pour la dernière fois, les trajectoires allemandes et françaises n'ont pas été les mêmes. Si les Bleus se sont qualifiés directement pour le prochain Mondial, ils l'ont fait en souffrant parfois et, de l'avis de tous, sans vraiment progresser. Pendant ce temps, la Mannschaft s'est encore baladée lors des éliminatoires, et a remporté la Coupe des Confédérations en envoyant un effectif pour moitié renouvelé avec de jeunes joueurs prometteurs (Werner, Goretzka, Plattenhardt, Süle, Rudy...). « Nous n'avons perdu aucun match jusqu'à présent cette année, c'est satisfaisant », a souri Joachim Löw en conférence de presse lundi. Jugeant l'équipe de France « de très bonne qualité » et « meilleure que l'Angleterre », le sélectionneur allemand voue un profond respect pour les Bleus et pour Didier Deschamps, qui a su « faire évoluer son équipe » selon lui.

 
Varane : « On fait partie de ceux qui ont le potentiel pour aller au bout »
Un respect appuyé qui dénote avec le déficit d'expérience mis en exergue par Didier Deschamps et les résultats en dents de scie en 2017. Comme Löw pourtant, les spécialistes sont toujours plus nombreux dans le monde à faire de la France un des grands favoris au titre suprême dans quelques mois. « C'est toujours difficile de voir des équipes au-dessus du lot. On fait partie des équipes qui ont le potentiel pour aller au bout », répond simplement Raphaël Varane. « Ils prennent des risques peut-être, ironise de son côté Didier Deschamps. Mais bon, c'est plutôt flatteur. Hors de nos frontières, beaucoup de spécialistes reconnaissent en l'équipe de France beaucoup de potentiel et nous voient parmi les meilleures équipes », se félicite le sélectionneur avec la pointe d'humour dans la voix en référence aux critiques dont font l'objet ses Bleus sur le territoire national. Les critiques se balayent facilement avec des prestations références. Les succès à Gelsenkirchen en 2003 et à Brême en 2012 en étaient. Charge aux Français de rééditer ce type de performance. Histoire de s'acheter une paix durable jusqu'au printemps prochain.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU