Amical - Bleus : " Ce maillot représente tout "... Lucas Hernandez fait table rase du passé

Amical - Bleus : " Ce maillot représente tout "... Lucas Hernandez fait table rase du passé©Media365
A lire aussi

Geoffrey Steines, publié le mardi 20 mars 2018 à 07h30

Curiosité du groupe France après avoir hésité à répondre à l'appel de l'Espagne, Lucas Hernandez a tout fait pour rappeler son attachement au maillot bleu dès le premier jour du rassemblement à Clairefontaine ce lundi. Une façon de désamorcer la polémique.

C'est un signe qui ne trompe pas. Pendant des heures, il était guetté jeudi une réaction sur les réseaux sociaux de Lucas Hernandez à sa première convocation en équipe de France A. Elle est finalement arrivée vers 22h00, après la qualification de l'Atlético Madrid pour les quarts de finale de la Ligue Europa, mettant fin à un suspense inhabituel. Comme s'il y avait un doute, comme s'il y avait la crainte qu'il fasse faux-bond, à l'image de son frère Théo avec les Espoirs en mai dernier. Didier Deschamps avait néanmoins assuré lors de l'annonce de sa liste que le Marseillais de naissance (22 ans) était « très content » d'évoluer chez les Bleus. Mais Lucas Hernandez a un travail de communication à faire, pour convaincre de son attachement au maillot au frappé du coq.Hernandez : « Quand t'es petit, tu rêves de pouvoir défendre ce maillot »Il l'a débuté dès lundi, son premier jour au château, dans un entretien accordé au site officiel de la FFF. « Le maillot de l'équipe de France, personnellement, ça représente tout. Quand t'es petit, tu rêves de pouvoir défendre ce maillot. » Pas toujours à l'aise avec ses mots, le défenseur polyvalent des Colchoneros, où il évolue depuis ses 16 ans, sait qu'il n'a pas le droit à l'erreur, que le moindre écart de langage ou mot de travers sera retenu contre lui. Alors il fait tout pour mettre derrière lui ses hésitations du passé, après avoir régulièrement sous-entendu ces derniers mois qu'il n'était pas insensible à la cour de la Fédération espagnole, même s'il n'a pas (encore ?) le passeport nécessaire pour évoluer avec la Roja. « L'Espagne m'a tout donné, avait-il expliqué à la RTVE début mars. Je serai enchanté d'obtenir la double-nationalité. Je me considère comme un Espagnol de plus. Je parle mieux espagnol que français. En disant ça, j'ai tout dit. »Une communication bien huiléeEn à peine quatre minutes d'interview, Lucas Hernandez a multiplié les déclarations d'intention dans sa première interview. « Fierté de pouvoir rejoindre l'équipe de France A », « apprendre tous les jours », « remercier et écouter » : celui qui compte neuf sélections avec les Espoirs n'a pas lésiné sur les moyens pour convaincre de sa bonne volonté. Il en est conscient, il doit en passer par là avant de tenter de gagner sa place pour la Coupe du Monde sur le terrain. Capable d'évoluer comme défenseur central, poste où il a disputé 12 de ses 31 matchs de la saison en club, Lucas Hernandez a un vrai coup à jouer en tant que latéral gauche. Benjamin Mendy à l'infirmerie depuis six mois et Layvin Kurzawa à la peine avec le PSG, il semble y avoir une place à prendre.Deschamps : « Pas là par hasard »Si ce n'est deux, puisque Lucas Digne a peu de temps de jeu au FC Barcelone. « C'est un jeune joueur, mais qui est déjà habitué aux compétitions internationales, il n'arrive pas là par hasard », avait expliqué Deschamps jeudi dernier en conférence de presse pour justifier la présence de Lucas Hernandez dans son groupe. Et il ne l'a pas convoqué à Clairefontaine « pour l'empêcher de choisir une autre sélection », surtout qu'une cape en amical, contre la Colombie et/ou en Russie, ne suffira pas à le rendre inéligible avec l'Espagne. L'opération séduction entre la France et Lucas Hernandez, accueilli par les félicitations de Guy Stéphan et les salutations de ses nouveaux partenaires, ne fait finalement que débuter. Le joueur s'est plié en quatre pour qu'elle parte sur de bonnes bases.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU