A la Roja, on cherche les successeurs de la génération dorée

A la Roja, on cherche les successeurs de la génération dorée©Media365

David HERNANDEZ, publié le lundi 27 mars 2017 à 14h15

La génération dorée espagnole semble tirer sa révérence petit à petit et il est l'heure pour Julen Lopetegui de commencer à intégrer ceux qui sont amenés à remplacer les Iniesta, Piqué ou Ramos. Mais, bien malgré lui, les solutions futures manquent. Petit tour d'horizon de cette nouvelle Roja.

Depuis l'annonce de la sélection de Kylian Mbappé, les louanges de la formation à la française vont bon train et les espoirs d'une génération dorée n'en sont que plus insistants. Les combinaisons pour Didier Deschamps sont multiples et lui offrent des problèmes de riches notamment au niveau offensif. Dembélé, Martial, Coman, Mbappé, Fekir, Griezmann, autant de talent qu'il n'en faut pour un sélectionneur. Julen Lopetegui, l'homologue espagnol de la « Desch », aimerait bien avoir ce genre de problèmes. Si la France peut avoir trouvé une génération à même de régner sur l'Europe pendant des années, l'Espagne semble rentrer dans cette phase de transition que les Bleus ont connue après les retraites de Zidane et compagnie.
La génération 92 et ensuite?
Si le futur espagnol n'est pas à plaindre avec les Thiago Alcantara, David De Gea et autres David Silva et Alvaro Morata, les tauliers rentrent dans la force de l'âge : Iniesta n'a plus ses jambes de 20 ans, Piqué a annoncé qu'il prendrait sa retraite à l'issue de la Coupe du Monde 2018, Sergio Ramos est rentré dans la trentaine l'année dernière. Il faut donc assurer l'avenir et le vivier espagnol semble moins productif que les années précédentes chez les moins de 23 ans. Il n'y a pas des Xavi et Iniesta toutes les années et s'il fait figure de successeur, Denis Suarez, n'enchaînent pas les matchs dans le club catalan à la différence de nos jeunes Français.
Deux titulaires en club de moins de 23 ans
Au final, si l'on regarde le groupe de 23 joueurs sélectionnés par Lopetegui, ils n'y a qu'un joueur de moins de 23 ans appelé. Il s'agit de Gerard Deulofeu qui profite de ses bonnes performances et du manque de concurrence devant pour retrouver la Roja, trois ans après sa seule et unique sélection. Seuls Saùl Niguez (Atletico Madrid) et Hector Bellerin (Arsenal) sont vraiment titulaires au haut niveau mais ne font pas partie de la dernière liste. Un vivier trop peu conséquent pour le sélectionneur qui n'affiche donc aucune surprise lors de ses différentes listes. Quand Deschamps possède un vivier d'une quarantaine de joueurs sélectionnables et toujours plus jeunes (même si la stabilité est une valeur mise en avant par DD), l'ancien sélectionneur des Espoirs espagnol ne tourne qu'à un groupe de 30 avec quelques ajustements par ci, par là. Le futur du football espagnol est sauvé avec la génération 92, championne d'Europe Espoirs en 2013, mais derrière, le fossé semble se creuser.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
1 commentaire - A la Roja, on cherche les successeurs de la génération dorée
  • le dopage est toujours bien présent en espagne mais soit les autres nations se sont mis au niveau, soit ils ont freiné leur coNsommation effréné.... Je penche pour le 2e cas. Evidemment la Roja est concernée par ce phénomène de prise de conscience (mais pas le barça ni le real....). Cependant le niveau de l'équipe nationale restera bon, mais une génération au top (nous l'avons connu) ça reste exceptionnel. L'avenir européen, au risque de me faire moquer, je le vois en Angleterre. La France également. Et la Mannschaft bien-sûr, elle est éternelle.

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]