Pourquoi les Bleuets peuvent aller au bout

Pourquoi les Bleuets peuvent aller au bout©Media365
A lire aussi

David HERNANDEZ, publié le dimanche 16 juin 2019 à 08h30

Ce dimanche rime avec le début de l'Euro Espoirs 2019, durant lequel l'équipe de France fait figure de favori. Un statut à confirmer pour une génération qui a les arguments pour aller au bout.

Le coup d'envoi de l'Euro Espoirs sera donné ce dimanche à 18h30, avec une confrontation entre la Pologne et la Belgique. Pour les Bleuets, il faudra encore patienter jusqu'à mardi et l'opposition contre l'Angleterre. Un choc d'entrée pour les hommes de Sylvain Ripoll,qui va leur permettre d'attaquer cette compétition tambours battants. Une bonne chose pour aller jusqu'au bout ? Sur le papier, la France a tout pour décrocher le titre au nez et à la barbe des autres nations comme l'Italie, l'Allemagne ou l'Espagne.

Un effectif de haut niveau

Kylian Mbappé, Tanguy Ndombele, Ousmane Dembélé... S'il l'avait voulu, Ripoll aurait pu appeler ces trois internationaux A, dont deux ont été champions du monde l'année dernière. Seulement, le sélectionneur a préféré se baser sur un groupe qu'il a façonné à son image, preuve que le vivier français en Espoirs est assez conséquent et pétri de talent, quitte à laisser Maxime Lopez ou Allan Saint-Maximin à la maison. Le Parisien, le Lyonnais et le Barcelonais n'auraient pas été de trop, mais les 23 Bleuets présents en Italie et à Saint-Marin sont loin d'être des novices. De Moussa Dembélé à Mattéo Guendouzi en passant par Dayot Upamecano, ils sont neuf à avoir goûté aux soirées européennes cette saison. C'est d'ailleurs cet effectif complet qui permet d'espérer de grandes choses durant la quinzaine. A la différence des autres années, lors desquelles les Bleuets ont loupé ce rendez-vous européen, les hommes sélectionnés par Ripoll ont tous un rôle important dans leur club et ont déjà dû appréhender la pression d'une compétition de haut niveau.

13 ans d'absence, 30 ans sans titre

La qualification pour la phase de poules de l'Euro est déjà un exploit en soi. Il fallait remonter jusqu'à 2006 pour trouver trace d'une équipe de France Espoirs dans le tournoi principal. Les têtes d'affiches du groupe se nomment alors Jimmy Briand, Rio Mavuba ou encore Jérémy Toulalan. Le parcours s'était arrêté en demi-finale contre les Pays-Bas, comme leurs prédécesseurs de 2002. Le titre obtenu par la bande de Laurent Blanc et Eric Cantona en 1988 est à ce jour encore et toujours la seule récompense française dans la catégorie des moins de 21 ans. Les Bleuets version 2019 ont donc la pression de « ramener la coupe à la maison », trente ans après leur glorieux aînés. Présents à Clairefontaine en même temps que les champions du monde 2018, les coéquipiers de Lucas Tousart ont d'ailleurs reçu un petit coup de pression de Didier Deschamps. « Si vous allez là-bas, avec tout ce que vous représentez et tout ce que vous pouvez faire dans vos clubs, avec le torse bombé et sur la pointe des pieds, vous allez vous faire défoncer, a prévenu le sélectionneur des Bleus. Même s'il y a peut-être moins de qualité en face. Mais ça ne passera pas. » Se croire déjà arrivé, c'est le fléau qui a touché beaucoup de génération chez les Espoirs depuis 2006.

Invaincus en qualification

Depuis son intronisation en 2017, l'ancien coach de Lorient a toujours pointé du doigt cette aberration de voir les Espoirs absents de l'Euro depuis 2006. Sa mission première a été d'insuffler un nouvel état d'esprit plus tueur et chirurgical dès les qualifications afin de s'éviter un potentiel match de barrages aléatoire. La méthode a fonctionné même si le niveau du groupe (Bulgarie, Luxembourg, Kazakhstan, Monténégro, Slovénie) fait relativiser ce parcours quasiment parfait (neuf victoires et un nul) et n'aura plus aucune valeur dans trois jours, surtout vu la préparation à deux vitesses ces dernières semaines. Il faudra faire plus à l'heure d'aller décrocher la première place du groupe directement qualificative pour les demi-finales de l'Euro et les Jeux Olympiques 2020 dans la foulée. Mais avec 24 buts inscrits, la France a montré que son talent offensif est bien ce qui se fait de mieux en Europe dans cette catégorie. Si Moussa Dembélé fait trembler les filets comme à l'OL et même s'il sera privé de son acolyte Martin Terrier, la force de frappe ne se limite pas au Lyonnais. Le duo Bamba - Ikoné surfe sur sa saison avec le LOSC quand Jeff Reïne-Adelaïde s'immisce comme le 4eme larron de la bande.

Le calendrier des Bleuets :

• Angleterre - France le 18 juin à 21 heures
• France - Croatie le 21 juin à 21 heures
• France - Roumanie le 24 juin à 21 heures

Vos réactions doivent respecter nos CGU.