Mondial U17 : Quelles carrières pour les champions français de 2001 ?

Mondial U17 : Quelles carrières pour les champions français de 2001 ? ©Panoramic, Media365
A lire aussi

Thomas Siniecki, Media365 : publié le mercredi 29 novembre 2023 à 13h33

Coachés par Jean-François Jodar, les champions du monde U17 en 2001 connaîtront peut-être des successeurs samedi (finale contre l'Allemagne à 13h, heure française).


Sinama-Pongolle et Le Tallec, les inséparables

Quand on repense à la génération championne en 2001, les noms de Florent Sinama-Pongolle et Anthony Le Tallec surgissent inlassablement. Déjà médiatisés avant la compétition, ils avaient répondu présent et particulièrement le premier, meilleur buteur - et meilleur joueur - avec neuf réalisations en six matchs (dont deux triplés). Les deux compères ont appartenu ensemble à Liverpool de 2003 à 2007, après avoir été prêtés deux ans à leur club formateur du Havre, mais ne s'y sont jamais imposés.

Surtout pas Anthony Le Tallec, sous contrat jusqu'en 2008 mais qui a été prêté de manière quasiment constante  en France. Pour Sinama-Pongolle, l'attache aux Reds est restée plus prégnante, ce qui lui vaut notamment d'être consultant Canal+ pour la Premier League. Anthony Le Tallec, lui, est revenu sur le devant de la scène au mois de juin de manière moins heureuse, témoin de l'attaque au couteau sur les bords du lac d'Annecy où il faisait son jogging.

Faty et Meghni, les déceptions

Soyons clairs : alors que les Bleuets sortaient l'Argentine de Carlos Tevez, buteur en demies, et que Fernando Torres ou encore Niko Kranjcar chutaient dès le premier tour avec l'Espagne et la Croatie, aucun Français n'a ensuite eu ne serait-ce que le début de carrière de ces monstres. Le défenseur et capitaine Jacques Faty était attendu très haut, de même que Mourad Meghni qui a été un des premiers fameux "nouveaux Zinedine Zidane" tant espérés. Le premier comme le second ont fini par devenir internationaux A dans d'autres pays, respectivement le Sénégal et l'Algérie, leurs expériences les plus marquantes ayant eu cours à Rennes (de 2002 à 2007) et à la Lazio (de 2007 à 2011).

Samuel Piètre, autre vedette de cette sélection et troisième buteur lors de la finale remportée face au Nigeria (3-0), n'a jamais réussi à percer au Paris Saint-Germain. C'est assurément le latéral gauche Jérémy Berthod qui a connu la carrière la plus consistante, à Lyon, Monaco puis Auxerre de 2003 à 2012. Emerse Faé (finalement international ivoirien à Nantes puis Nice), Chaouki Ben Saada (international tunisien à Bastia, Nice, Lens ou Troyes) ou Hassan Yebda (international algérien au Benfica ou à Grenade) n'ont pas démérité non plus, au contraire des gardiens Mickaël Fabre et Florent Chaigneau, des défenseurs Julio Colombo - qui a même connu la prison pour trafic de drogue -, Kévin Debris et Laurent Mohellebi, des milieux Stéphen Drouin et Gaël Maïa ou des attaquants Luigi Glombard et Kevin Jacmot.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.