Les Ecossais rêvent d'accrocher le barrage

Les Ecossais rêvent d'accrocher le barrage©Media365

Geoffrey Steines, publié le dimanche 08 octobre 2017 à 08h54

Absente de toutes les grandes compétitions depuis 1998, l'Ecosse a son destin en main pour accrocher les barrages, ce dimanche soir en Slovénie (20h45). Un rêve pour tout un peuple, qui veut que ses joueurs brillent enfin loin de leurs bases.

C'est le paradoxe d'un football qui doit maintenant réussir à s'exporter. Héroïque la plupart du temps dans son antre d'Hampden Park, à Glasgow, l'Ecosse peut écrire dimanche la plus belle page de son histoire au XXIeme siècle à Ljubljana, en Slovénie (20h45). Grâce à leur succès acquis dans le temps additionnel contre la Slovaquie jeudi (1-0), les Britanniques ont pris la deuxième place du groupe F des éliminatoires de la Coupe du Monde 2018. Rien n'est joué, mais un succès en Slovénie les enverrait en barrages. « Il n'y a pas d'euphorie. Ce n'est pas ça. C'est une satisfaction. Sérieusement. Il n'y a pas de chant, de danse, on ne se prend pas dans les bras. C'est juste une satisfaction », a insisté le sélectionneur Gordon Strachan jeudi soir.
Réussir enfin à briller loin de l'Ecosse
Pourtant, que l'Ecosse ait son destin entre ses mains avant la dernière journée est déjà une sacrée performance. Car depuis sa participation à la Coupe du Monde 1998, en France, cette sélection n'a pas connu un seul grand tournoi. Elle en a même été très loin à chaque fois, alors qu'elle se qualifiait presque systématiquement pour les Coupes du Monde avant cela. Il n'y a guère que lors des éliminatoires de l'Euro 2008 que les Ecossais y ont cru, distancés d'à peine deux points par la France, qu'elle avait battue à l'aller (1-0) et au retour (0-1). Mais pour ne pas rater la dernière marche de cette phase de groupes, il faudra que les hommes de Gordon Strachan surmontent leur complexe des matchs à l'extérieur. Lors de ces qualifications, s'ils sont invaincus à domicile (l'Angleterre n'a pu faire mieux que match nul à la dernière minute), ils ne se sont imposé que deux fois en déplacement, à Malte et en Lituanie.
Un premier barrage plus de dix ans après ?
Un barrage, ce serait déjà historique pour les coéquipiers de Kieran Tierney. La dernière fois, c'était dans la course à l'Euro 2004. Opposés aux Pays-Bas, ils avaient cependant été vite rappelés à la réalité lors du match retour, perdu 6-0. « Les joueurs ont conscience que le match en Slovénie sera un grand rendez-vous. Ils ont besoin d'être prêts, a répété le sélectionneur écossais. Darren Fletcher a tout de suite dit aux gars qu'ils devaient bien se préparer. » Fletcher, c'est l'emblématique capitaine de la sélection. Du haut de ses 33 ans et 79 sélections, le milieu de terrain de Stoke City a effectué son grand retour dans le onze jeudi. Remplaçant depuis un an en match officiel, pas retenu dans la liste le mois dernier, l'ancien Mancunien a effectué un retour remarqué, brassard de capitaine autour du bras.
Fletcher en capitaine courage
Dans une lettre publiée par le Scottish Daily Record, son ancien coéquipier en sélection, Barry Ferguson, a déclaré sa flamme à Fletcher. « Personne n'était plus heureux que moi de le voir conduire l'Ecosse à la victoire contre la Slovaquie jeudi. Je sais que des gens le critiquent et je respecte l'opinion de chacun. Mais quiconque a joué à ses côtés vous le dira : c'est un mec génial, le meilleur joueur, le meilleur professionnel. C'est un combattant, un leader, et personne ne mérite autant que lui de mener l'Ecosse à la Coupe du Monde », écrit l'ancienne icône des Rangers, lui qui n'a jamais connu de Mondial. Lui qui incarnait aussi parfaitement ce fighting spirit écossais impuissant en phase qualificative depuis des années. La recette n'a pas changé, le jeu reste minimaliste, mais cette fois, elle pourrait bien faire chavirer un peuple écossais qui ne demande que ça. L'Irlande du Nord, l'Irlande et le pays de Galles ont eu droit à leur morceau de bonheur lors du dernier Euro. Leur tour doit venir.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU