Les Argentins comptent sur Dario Benedetto

Les Argentins comptent sur Dario Benedetto©Media365

Julien Pereira, publié le jeudi 05 octobre 2017 à 08h49

Appelé en sélection pour la première fois en septembre dernier, Dario Benedetto devrait être titularisé en pointe de l'attaque de Jorge Sampaoli lors du crucial Argentine - Pérou. Le buteur n'est pas une superstar. Et c'est peut-être pour cela qu'il pourrait être le sauveur.

L'Argentine est sous une pression hors-norme. Cinquième et provisoire barragiste de la zone AmSud, elle défie le Pérou, qui la devance, le sang glacé, dans son stade le plus hostile, la Bombonera. Voilà pour le contexte. Voici pour le jeu : Jorge Sampaoli, sélectionneur en place depuis le début du mois de juin, cherche encore la formule que ses récents prédécesseurs n'ont jamais trouvée. A savoir, comment mettre en place une alchimie cohérente entre les superstars du Vieux Continent (Messi, Aguero, Dybala, etc), et les talents locaux que sont Casco, Gago et Benedetto. Ce dernier a une gigantesque carte à jouer. Il n'est ni la jeune pousse locale, ni le génie technique comme l'Albiceleste en a tant connu.
Benedetto, serial buteur des Boca Juniors
Pourtant, le buteur de 27 ans a toutes les chances d'être titularisé, la nuit prochaine. Les uns diront qu'il profiterait alors d'un contexte favorable, Gonzalo Higuain n'entrant même pas dans les plans du sélectionneur, Sergio Aguero se remettant d'un accident de la route, Mauro Icardi payant un passé difficile avec la sélection et ses influenceurs, Diego Maradona en tête. Les autres diront qu'il s'agit là d'une nouvelle arme, une véritable, Dario Benedetto facturant 31 buts en 38 matchs avec les Boca Juniors, club évoluant dans la gigantesque Bombonera toutes les semaines. L'avantage est conséquent : à l'heure où il est reproché à plusieurs cadres de subir la pression, lui la supporte. Il l'a même choisie.
Argentin, puis Mexicain, puis Argentin
L'homme, après trois années en Liga MX, avait réclamé la nationalité mexicaine et fini par l'avoir, avec fierté. El Tri lui avait fait quelques avances et il avait toutes les raisons d'y répondre favorablement. Après tout, la sélection verde lui offrait un milieu bien moins concurrentiel, et, surtout, des tickets réguliers pour les grandes compétitions internationales, le système de qualification lui étant largement favorable. « J'ai vu les rumeurs selon lesquelles le Mexique me voulait, mais je voulais jouer pour mon pays », disait-il récemment, probablement surpris par le nouvel intérêt de l'Albiceleste, qui l'avait, jusqu'ici, constamment snobé, malgré un ratio de buts séduisant depuis... 2011.
Au contraire de ses prédécesseurs, lui est en confiance
Pour autant, l'anti-star peut-elle solutionner l'équation qu'aucun buteur n'a pu résoudre ces dernières années en sélection ? Avant lui, Higuain, Aguero, Palermo ou Tevez n'ont jamais su décharger le rôle de Lionel Messi, créateur-passeur-buteur-sauveur. Parait-il, Benedetto possède une arme abstraite mais efficace comme aucune autre : la confiance. Mercredi, le quotidien Olé avait eu écho d'une impression générale émanant de l'entraînement de l'Albiceleste : « Il est dans une période magique, et tout ce qu'il touche termine au fond des filets ». En Argentine, il y a bien longtemps qu'une pointe n'a pas donné pareille impression. 

A voir aussi : 
>>> Toutes les news des éliminatoires
>>> L'Argentine se prépare à un match crucial

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU