Italie : Le "cauchemar" de Verratti, en larmes

Italie : Le "cauchemar" de Verratti, en larmes©Media365
A lire aussi

Thomas Siniecki, Media365 : publié le vendredi 25 mars 2022 à 09h54

Marco Verratti, Roberto Mancini, Giorgio Chiellini, le président de la Fédération... Tous les Italiens sont évidemment abattus, en réaction à la nouvelle non-qualification de leur Squadra Azzurra pour la Coupe du monde.



La douleur est toujours aussi vive au réveil pour les supporters italiens. La Nazionale, au lendemain de son improbable échec face à la Macédoine du Nord (0-1) dans le temps additionnel en barrages, manquera une deuxième Coupe du monde d'affilée pour la première fois de son histoire. A l'issue de la partie, Marco Verratti ne pouvait retenir ses sanglots. Le milieu de terrain du PSG, qui avait récupéré le brassard de capitaine à la sortie d'Immobile, évoque "un gros cauchemar" (pour la RAI) : "C'est difficile, c'est une grosse déception, on a dominé et on avait l'obligation de gagner. On aurait pu faire mieux, c'est comme ça... On avait tout pour jouer ce Mondial, après avoir connu notre plus grand bonheur cet été. Je serai toujours fier de nous, tout le monde a donné le meilleur mais ça n'a pas suffi."

Mancini : "Trop déçu pour parler de mon avenir"

Le sélectionneur Roberto Mancini, littéralement groggy, se disait "plus que déçu" et jugeait lui aussi cette défaite "incroyable" : "On méritait d'être champions d'Europe, et là on n'a vraiment pas eu de chance... Mais voilà, c'est la réalité. Je suis désolé pour les joueurs, je les soutiens plus que jamais et je suis certain que cette équipe a un bel avenir." Est-ce un discours de démission ? L'ancien entraîneur de Manchester City ne veut pas encore en parler. "On verra, là je suis trop déçu pour parler de mon avenir..."


Giorgio Chiellini milite d'ores et déjà pour le maintien de son boss : "Il est indispensable, j'espère qu'il restera. On doit repartir, essayer de gagner et se qualifier pour le prochain Mondial. Nous n'avons pas été présomptueux, on a simplement commis des erreurs depuis le mois de septembre et on les paie. Je suis fier de mes coéquipiers, nous avons le coeur brisé, nous sommes dévastés, mettez tous les adjectifs que vous voulez... Il faut recommencer, j'espère que ce grand vide nous donnera l'énergie." Le président de la Fédération, Gabriel Gravina, a vite assuré qu'il ne comptait pas congédier Roberto Mancini : "J'espère qu'il continuera, il est engagé dans le projet et j'espère qu'il se débarrassera de ces problèmes pour poursuivre le travail."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.