Infantino : " Pas de Mondial sans fans ni d'une Super Ligue européenne "

Infantino : " Pas de Mondial sans fans ni d'une Super Ligue européenne "©Media365
A lire aussi

Clément Pédron, publié le jeudi 22 octobre 2020 à 14h53

Gianni Infantino, le président de la FIFA, est persuadé que les supporters seront présents lors de la prochaine Coupe du Monde au Qatar en 2022. Il s'est, par ailleurs, prononcé contre le projet de Super Ligue européenne des clubs, privilégiant celui de la FIFA.

Gianni Infantino, le président de la FIFA, est un homme qui court partout. L'Italo-Suisse a été vu récemment à Paris en compagnie d'Emmanuel Macron et Noël Le Graët, pour évoquer ensemble le projet d'ouverture d'une antenne de l'instance mondiale à Paris. Il y a une dizaine de jours, L'Équipe avançait que Gianni Infantino avait « réécrit au procureur extraordinaire de la Confédération helvétique, Stefan Keller, pour lui réclamer des précisions sur la base juridique de l'enquête pénale qui le vise. » Ce jeudi, celui qui a remplacé Sepp Blatter à la tête de la FIFA en 2016, est revenu un peu plus au domaine du football, à l'occasion d'une interview accordée à CH Media, et a évoqué les diverses questions d'actualité en lien avec le contexte sanitaire actuel.

Premier élément de réponse, la question de la venue ou non des supporters à la prochaine Coupe du Monde, qui se tiendra dans deux ans au Qatar (21 novembre - 18 décembre), est, selon lui, réglée. « Le Mondial se jouera avec du public, a, d'emblée, admis Infantino. Si nous ne pensions pas que ce serait faisable, nous n'aurions pas de Coupe du Monde. Ce serait un gros problème mais nous n'y comptons pas. Le Mondial aura lieu au Qatar, nous avons encore beaucoup de temps pour surmonter cette pandémie. C'est juste que le coronavirus est toujours un danger de mort pour le football en ce moment. La situation est très difficile, surtout pour les pays et les clubs qui dépendent des spectateurs dans les stades. »

« Donner aux clubs hors d'Europe une image globale »

Invité à se prononcer sur le projet de « Super Ligue européenne » qui, selon les médias britanniques, aurait déjà valu une réunion entre les meilleurs clubs des cinq plus grandes championnats (Angleterre, Allemagne, Espagne, France, Italie), Infantino a, de suite, froncé les sourcils. « Je ne parle pas du Bayern Munich contre Liverpool mais du Bayern Munich contre Boca Juniors » a contré l'Italo-Suisse, alors que, selon certaines sources anglaises, plusieurs investisseurs seraient prêts à verser cinq milliards d'euros à la concrétisation du projet de « Super Ligue européenne ». Dans le même temps, le patron de l'instance mondiale a nuancé, en évoquant la possibilité de créer une plus grande Coupe du Monde des clubs, ce qui pourrait concurrencer le projet de cette fameuse Super Ligue : « Notre objectif est de donner aux clubs hors d'Europe une image globale également. Nous ne voulons pas retirer un club comme le Bayern Munich de la Bundesliga. » De son côté, Karl-Heinz Rummenigge, président du club bavarois, a confirmé à Sky, mercredi soir, qu'il « n'était au courant de rien et qu'il avait exprimé sa profonde satisfaction du modèle actuel de la Ligue des Champions à Aleksander Ceferin, le patron de l'UEFA ».

Vos réactions doivent respecter nos CGU.