Equipe de France : Pas de pronostic pour Le Graët

Equipe de France : Pas de pronostic pour Le Graët©Media365

Rémi Farge, publié le jeudi 30 novembre 2017 à 19h10

A la veille du tirage au sort de la Coupe du Monde 2018, la délégation française menée par Didier Deschamps est arrivée à Moscou ce jeudi.

Au sein du groupe, Noël Le Graët, le président de la FFF, qui a accordé une interview à RTL avant ce rendez-vous important sur la route du Mondial russe. « C'est un moment important de connaître nos adversaires », a confirmé le président de la Fédération, qui se refuse à tout pronostic. « Il y a de très bonnes équipes dans le pot 2, mais aussi dans le pot 3 et dans le pot 4. Il n'y a plus de petites équipes. Tous ceux qui participent à la Coupe du Monde travaillent et préparent cette compétition, donc on ne peut jamais affirmer qu'un groupe serait facile ou difficile. »

Interrogé sur son tirage idéal pour les Bleus, Noël Le Graët n'a pas souhaité entrer dans les détails mais a cité plusieurs nations qu'il aimerait bien éviter, comme la Suède, qui avait battu la France lors des éliminatoires. « Je n'ai pas de tirage idéal. Dans le pot 2, tout est difficile. Dans le pot 3, il y a la Suède contre qui on a eu du mal. Et dans le pot 4, il y a des nations qui se développent bien comme la Serbie, le Nigéria et le Japon », énumère le patron du football tricolore. Comme il l'avait déjà confié il y a quelques semaines, il a aussi répété son objectif pour ce Mondial 2018 : « La France a un effectif qualitatif comme elle en a rarement eu. On progresse, on a un bon pays de football. J'aimerais qu'on atteigne le dernier carré. On n'est pas la meilleure nation du monde actuellement. On sera très compétitif, Didier Deschamps est persuadé qu'on va bien figurer, mais dire qu'on sera les meilleurs serait prétentieux ».

Enfin, Noël Le Graët est revenu sur la prolongation de Didier Deschamps jusqu'en 2020. « La saison des Bleus a été remarquable, je leur mettrais 16/20 et je donne 18/20 à Didier (Deschamps) », lâche le dirigeant breton, qui justifie son choix de prolonger le bail du sélectionneur plusieurs mois avant la Coupe du Monde. « Je veux qu'il soit complètement sécurisé pendant cette compétition, donc je crois que les joueurs doivent avoir de la considération pour celui qui dirige, et celui qui dirige ne doit pas avoir la préoccupation du lendemain. Didier est le patron. » Tellement le patron, que Le Graët le soutient sur tous les fronts, et notamment sur les épineux dossiers Cantona et Benzema.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.