Coupe du Monde : La FIFA affirme que les supporters soutiennent son projet

Coupe du Monde : La FIFA affirme que les supporters soutiennent son projet©Media365

Mathieu WARNIER, Media365 : publié le jeudi 16 septembre 2021 à 21h10

Alors que Gianni Infantino a lancé l'idée d'organiser la Coupe du Monde tous les deux ans au lieu de quatre ans, la FIFA a dévoilé ce jeudi un sondage affirmant que les supporters sont majoritairement en faveur d'un tel projet.



La FIFA continue la promotion de son dernier projet. Sous l'impulsion de son président Gianni Infantino, la Fédération Internationale de football a lancé une vaste consultation sur l'avenir du calendrier international avec au cœur des réflexions l'organisation de la Coupe du Monde tous les deux ans contre un intervalle de quatre ans respecté, hors période de guerre, depuis la création de la compétition en 1930. Un projet soutenu par Arsène Wenger, directeur du développement du football mondial à la FIFA et qui peut également compter sur le soutien d'ambassadeurs de poids tels Ronaldo. Mais, selon une enquête commandée par la fédération et effectuée par les instituts de sondage YouGov et IRIS, « la majorité des supporters veulent voir la Coupe du Monde plus fréquemment ». Si 55% d'un panel de 15 008 personnes a répondu dans ce sens, il faut toutefois regarder les chiffres de plus près.

Le résultat plus nuancé que la FIFA le souhaiterait

En effet, ce chiffre représente le total des personnes ayant affirmé être favorable à une Coupe du monde tous les un, deux ou trois ans. Ces trois solutions ont, respectivement recueilli les suffrages de 11%, 14% et 30% des sondés qui ont été questionné avec pour consigne de ne considérer que leur « intérêt personnel » et « sans tenir compte de tout autre impact qu'une refonte des calendriers pourrait entraîner ». De plus, si la FIFA assure que « les jeunes générations sont plus ouvertes et plus intéressées » par un changement de périodicité, 37% des 18-24 ans souhaitent le maintien de la formule actuelle avec 31% favorable à un passage à un écart de deux ans. Face aux relatives failles de cette enquête, la FIFA en a d'ores-et-déjà commandé une autre « élargie » et organisée dans « plus de 100 pays » qui se veut « plus internationale et plus représentative en termes de population, diversité géographique mais aussi histoire et potentiel footballistique ». Alors que l'UEFA et la CONMEBOL sont vent debout contre la réforme voulue par la FIFA, cette dernière essaye de convaincre qu'elle bénéficie d'un soutien populaire.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.