Coupe du Monde 2018 (Tirage au sort) : Les réactions des Bleus

Coupe du Monde 2018 (Tirage au sort) : Les réactions des Bleus©Media365
A lire aussi

Rédaction , publié le vendredi 01 décembre 2017 à 17h17

Retrouvez les principales réactions des Bleus après le tirage au sort de la Coupe du Monde 2018. Les troupes de Didier Deschamps ont été relativement gâtées, mais il n'est pas question de s'enflammer.



Olivier Giroud (attaquant des Bleus / RMC)
A première vue, c'est un tirage favorable, mais je me méfie du Pérou. Pour en avoir discuté avec David Ospina (ndlr : le gardien colombien d'Arsenal), il m'a dit que c'était une très bonne équipe. Le Danemark, on connaît bien. L'Australie va vendre chèrement sa peau. Si on joue à notre niveau, on devrait sortir du groupe. Quand on sera sur le terrain, ça sera une toute autre histoire. Le dernier carré ? Cela tombe bien, c'est aussi l'objectif fixé par la fédération, mais ça ne va pas être simple. Dans les vestiaires, ils nous craignent particulièrement. On a une génération très talentueuse avec de très bons joueurs. C'est une chose d'être craint, mais il faut le montrer sur le terrain.

Noël Le Graët (président de la FFF / beIN Sports)
Tous les groupes sont difficiles. C'est un peu de la langue de bois, mais c'est un tirage qui devrait nous permettre d'avancer dans cette compétition. Il faut toujours faire attention. Il faudra bien étudier tous les adversaires. On ne les connaît pas trop. Le Pérou, on n'a pas l'habitude de les jouer, mais Didier (Deschamps) va regarder ça de très près. Le Danemark, on connaît bien évidemment. L'Australie, c'est un peu moins le cas. Pour la Coupe du Monde, tout le monde travaille. Toutes les équipes progressent. On va bien préparer les choses. La première place ? C'est possible. Sportivement, on va essayer de réaliser ce que l'on souhaite. On veut aller assez loin dans cette compétition, et on ne peut pas rater le départ. L'objectif ? On était en quarts de finale il y a quatre ans, on était en finale lors du Championnat d'Europe. On progresse, mais nous ne sommes pas les meilleurs du monde. Il y a des jeunes joueurs de talent, mais qui n'ont pas encore une expérience exceptionnelle du très haut niveau, même s'ils progressent. L'objectif, c'est d'être dans le dernier carré.

Didier Deschamps(sélectionneur des Bleus / TF1)
Ça aurait pu être pire, bien évidemment. On sait qui on va rencontrer, dans l'ordre, avec ce premier match contre l'Australie. On a l'habitude de rencontrer le Danemark. L'Australie, on l'a affrontée en amical. La dernière fois que l'on a joué contre le Pérou (en 1982), je devais être devant ma télé. On aura le temps de superviser nos adversaires sur les matchs amicaux. Le tirage donne des informations supplémentaires qui vont nous permettre de faire toute la planification nécessaire. On connaît le profil de ces trois premiers adversaires. On fera en sorte d'avoir des matchs amicaux qui puissent leur correspondre. La dernière fois, vous avez tous été unanimes pour dire que c'était un tirage merveilleux, même certains joueurs... Cela ne va pas se faire en claquant des doigts. On va bosser sur nous et sur nos adversaires pour aller à cette Coupe du Monde avec beaucoup d'ambition.

Djibril Sidibé (latéral des Bleus / site officiel de l'ASM)
On évite les très, très grosses nations dans la poule mais chaque pays mérite d'être à cette Coupe du Monde. On va donner notre maximum lors de cette compétition. Il faudra être régulier.
Lloris : « Une étiquette de favoris qu'il faudra assumer »
Hugo Lloris (gardien des Bleus / RMC)
C'est un tirage abordable, avec une étiquette de favoris de la poule qu'il faudra assumer. Je pense que le sélectionneur et son staff auront une idée précise de la meilleure manière d'aborder cette compétition. Le Pérou a réalisé un grand parcours, mais on ne les connaît pas trop. Le Danemark, on connaît très bien leurs qualités. Et l'Australie aura un profil très athlétique. Le tirage, ça aurait être pire, c'est sûr. On évite l'Espagne ou l'Angleterre par exemple. Et tout dépendra de nous. Il faudra y aller avec ambition, mais aussi avec respect et humilité. Nous ne pouvons pas y aller en étant suffisants.

Kingsley Coman (attaquant des Bleus / L'Equipe)
Le groupe de la France est abordable. Nous pouvons tous les battre, mais notre but est simplement de sortir du groupe et de nous qualifier.

Corentin Tolisso (milieu des Bleus / L'Equipe)
C'est une excitation particulière car on sait maintenant contre qui on va jouer, si j'ai la chance d'être sélectionné bien sûr ! Je n'ai pas eu encore le temps de voir la composition des autres groupes mais apparemment, il y en a des très compliqués. Pour autant, je n'ai pas envie de dire que nous sommes tombés sur un groupe facile. Toutes les équipes présentes en Russie ont mérité leur place et elles donneront tout lors de la compétition. Après, beaucoup vont sûrement nous présenter en favori cette poule. Mais c'est un statut à assumer, il va donc falloir rester concentrés, prudents et déterminés pour passer ce premier tour. D'autant que l'objectif, c'est d'aller le plus loin possible.


Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU