CM 2022 : Brésil - Argentine, les deux coachs s'opposent

CM 2022 : Brésil - Argentine, les deux coachs s'opposent©Media365
A lire aussi

Thomas Siniecki, Media365 : publié le jeudi 09 septembre 2021 à 20h16

Tite et Lionel Scaloni ne défendent pas tout à fait le même point de vue quant à la polémique autour de Brésil - Argentine. En toute logique, chacun défend son camp, notamment le sélectionneur argentin qui certifie que ses troupes n'ont pas fauté.



Quatre jours après l'arrêt de Brésil - Argentine dès les premières minutes de la rencontre, à Sao Paulo, l'incrédulité demeure ainsi que les attentes des décisions à venir. Lionel Scaloni, le coach des champions d'Amérique du Sud, regrette toujours amèrement que la revanche de la dernière finale de Copa América n'ait pu avoir lieu (l'Argentine s'était imposée 1-0 sur un but de Di Maria) : "On a ressenti la même chose que tout le monde du football : on s'attendait à un spectacle de haut niveau, et il n'y a rien eu. A aucun moment, on aurait pu imaginer ce qui est arrivé. C'est totalement étrange et très rare. On avait pris toutes les précautions. On n'a jamais quitté le terrain à notre propre initiative, mais seulement quand le délégué de la CONMEBOL nous l'a demandé."

Tite : "Il faut suivre les règles et un peu de respect"

Pour rappel, c'est un membre de l'Autorité de la Santé du Brésil qui est entré sur le terrain afin de stopper les débats, quatre joueurs argentins étant suspectés d'avoir menti sur leur itinéraire de voyage. Giovani Lo Celso, Cristian Romero (Tottenham), Emiliano Martinez et Emiliano Buendia (Aston Villa) arrivaient d'Angleterre, provenance interdite au Brésil à moins d'observer une quarantaine de deux semaines. Sauf que la CONMEBOL avait autorisé la tenue du match...


Tite, le sélectionneur brésilien, tient un discours un peu différent de celui de Scaloni : "Bien sûr, j'aurais aimé que le match ait lieu. Mais je ne peux pas juger, je n'ai pas assez d'éléments et ce n'est pas mon rôle. Le football n'est pas au-dessus du loi, il faut suivre les règles et un peu de respect. Pour son pays, pour son peuple, pour un club et pour une équipe nationale. Il faut du calme, aussi."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.