Bleus : Rabiot, le nouveau... Petit ?

Bleus : Rabiot, le nouveau... Petit ?©Panoramic, Media365
A lire aussi

Paul Rouget, Media365 : publié le lundi 05 décembre 2022 à 12h47

Adrien Rabiot, excellent depuis le début du Mondial qatari, "ressemble de plus en plus" à Emmanuel Petit selon ce dernier. Mais marquera-t-il lui aussi en finale ?



En l'absence de Paul Pogba et N'Golo Kanté, le milieu de terrain des Bleus constituait l'une des principales sources d'interrogation avant le début de ce Mondial qatari. Une interrogation vite balayée, lors du premier match des champions du monde en titre contre l'Australie (4-1), avec des performances XXL d'Adrien Rabiot et Antoine Griezmann, repositionné dans l'entrejeu, alors qu'Aurélien Tchouaméni est peut-être un tout peu moins en vue que le duo dans son rôle de sentinelle. Rabiot, écarté du groupe France après avoir refusé d'être suppléant pour la Coupe du monde 2018, s'épanouit aujourd'hui totalement, à tel point que certains comparent son importance au sein de l'équipe de France à celle d'Emmanuel Petit en 1998, dans un registre évidemment différent.

"Adrien Rabiot, c'est le Emmanuel Petit de 1998, meilleur joueur de la Coupe du monde", a écrit sur Twitter dimanche Emmanuel Piquionne, ancien attaquant des Bleus (1 sélection), aujourd'hui consultant pour Prime Video. Et le principal valide totalement la comparaison avec le Juventino, comme il l'a expliqué dimanche soir sur RMC, après la victoire contre la Pologne (3-1). "Rabiot, je trouve qu'il me ressemble de plus en plus, a ainsi reconnu Petit. J'ai toujours trouvé qu'il avait un énorme potentiel, c'est juste que, mentalement, il faut qu'il se fasse violence le garçon." Fan de longue date de l'ancien Parisien, Petit, qui l'avait même comparé à Andres Iniesta en 2017, apprécie aussi la personnalité du bonhomme. Car, outre ses performances sur le terrain, il a aussi aimé les déclarations de Rabiot avant le début du Mondial, lui qui se disait "prêt à assumer de grandes responsabilités" et se sentir "en mesure de montrer l'exemple." "Parler avant une compétition, c'est risqué. Mais lui, il l'a fait, et il est présent sur le terrain", souligne encore Petit. Pour que la comparaison soit parfaite, il faudrait maintenant que Rabiot marque en finale, comme son glorieux aîné en 1998...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.