ARY Macédoine
Albanie
Allemagne
Andorre
Angleterre
Arménie
Autriche
Azerbaïdjan
Belgique
Bosnie-Herzégovine
Bulgarie
Bélarus
Chypre
Croatie
Danemark
Espagne
Estonie
Finlande
France
Gibraltar
Grèce
Géorgie
Hongrie
Irlande
Irlande du Nord
Islande
Israël
Italie
Kazakhstan
Kosovo
Lettonie
Liechtenstein
Lituanie
Luxembourg
Malte
Moldavie
Monténégro
Norvège
Pays de Galles
Pays-Bas
Pologne
Portugal
Roumanie
République Tchèque
Saint-Marin
Serbie
Slovaquie
Slovénie
Suisse
Suède
Turquie
Ukraine
Écosse
Îles Féroé
Euro Qualifications (H)Groupe H
Stade de France - Arbitre F. Brych
  1. 75′ Giroud
  1. 81′ Ayhan

David HERNANDEZ, publié le 14 octobre

Dominatrice, l'équipe de France a pensé avoir fait le plus dur avec un nouveau but d'Olivier Giroud. Mais les Bleus se sont fait rattraper à dix minutes de la fin (1-1) et restent deuxièmes de leur groupe.

Le debrief
Les Bleus s'attendaient à être en terres hostiles au Stade de France et ils n'ont pas été déçus. Dans une enceinte parisienne où les supporters turcs avaient clairement pris leur quartier, les hommes de Didier Deschamps ont eu un parfum d'Istanbul. Dans une rencontre annoncée à risques en raison de la situation géopolitique en Turquie, aucun débordement n'a été à déclarer aux premiers abords, l'ambiance étant avant tout bon enfant. Les seuls débordements ont été à mettre à l'actif de Coman, encore une fois très en jambes et qui a posé maints problèmes à la défense turque. Trois jours après le court succès acquis en Islande (1-0) et une prestation loin d'être satisfaisante, les Bleus ont failli bien réagir mais ont concédé le nul (1-1). Ayant décidé de reconduire son traditionnel 4-2-3-1, Deschamps avait malgré tout fait le choix de laisser Giroud, en manque de rythme, sur le banc au profit de Ben Yedder. Un profil moins physique mais plus technique qui aurait dû décontenancer l'arrière garde turque. Malgré les accélérations de Coman, il manquait du poids aux avant-postes. Une présence que l'attaquant de Chelsea a rapidement montré indispensable, deux minutes après son entrée en jeu.

Quand tout espoir semble perdu, Giroud a le chic pour sortir jouer les sauveurs, comme ce fut le cas déjà en Islande. Seulement, cette fois-ci, ça n'a pas suffi puisque les Bleus ont rapidement été rejoints (80eme). Le non-match en Islande et le souvenir de la défaite à Konya ont poussé les coéquipiers de Griezmann à en faire plus. Mais ce lundi soir, il aurait fallu davantage qu'un visage plus conquérant. Il a manqué à la France ce petit truc qui aurait pu rendre le match beaucoup plus facile à vivre. Les occasions n'ont pas manqué mais les champions du monde ont buté sur un Günok dans un grand soir. Le portier de l'Istanbul Basaksehir a eu la main chaude face à Griezmann et Sissoko en première période. Mais à force de gâcher, les Bleus ont douté. Sans jamais être mis en grosse difficulté, il n'a finalement fallu qu'une véritable occasion à la Turquie pour recoller au score sur une tête suite à un coup-franc. En Islande, la France avait mal joué mais gagné. Lundi, elle a mieux joué mais pris qu'un point et c'est là le plus frustrant.
L'instant T :
Il ne reste que 20 minutes et la France a toutes les peines du monde à trouver l'ouverture face à la défense regroupée turque. Ben Yedder ne pèse pas assez et Deschamps choisit de faire rentrer Giroud. L'attaquant de Chelsea n'a besoin que de deux minutes pour couper un centre de Griezmann et ouvrir le score. Seulement, cette fois-ci, il ne sera pas le sauveur comme en Islande.
Les buts
73eme minute (1-0)
Il n'a fallu que deux minutes à Giroud pour se montrer décisif. Entré en jeu à la place de Ben Yedder, l'attaquant de Chelsea coupe parfaitement un centre de Griezmann. Sa tête croisée ne laisse aucune chance à Günok.

80eme minute (1-1)
La joie aura été de courte durée... Sur un coup-franc frappé depuis la droite, Ayhan est seul au second poteau et réussit à placer une tête entre Mandanda et son poteau droit.
Les tops et les flops
Lucas HERNANDEZ (7)
Absent contre l'Islande, le latéral gauche a montré qu'il était en pleine possession de ses moyens. Encore intraitable défensivement, HERNANDEZ n'a pas hésité à apporter le surnombre pour centrer ou même frapper. Le Munichois est clairement indispensable.
Wissam BEN YEDDER (4)
BEN YEDDER avait fait une bonne entrée en Islande, et le manque de rythme de Giroud a certainement aussi pesé dans le choix de Didier Deschamps. L'attaquant de l'ASM a eu du mal à exister et n'a pas eu les ballons pour se mettre en situation de frappe. Même sa relation avec Griezmann et Coman n'a pas eu l'effet escompté.
Moussa SISSOKO (4)
Milieu défensif en Islande, SISSOKO a changé avec Matuidi face à la Turquie, prenant le couloir droit. On ne pourra jamais lui enlever sa débauche d'énergie mais dans un tel match, son approximation technique est criante. Quand Coman a mis de la vitesse à gauche, le joueur de Tottenham n'a lui pas ce coup de rein.
La feuille de match
FRANCE - TURQUIE : 1-1
Stade de France (80 000 spectateurs environ)
Temps pluvieux - Pelouse excellente
Arbitre : M.Brych (ALL) (5)

Buts : Giroud (73eme) pour la France - Ayhan (80eme) pour la Turquie

Avertissements : Hernandez (48eme) et Griezmann (80eme) pour la France - Tosun (84eme), Karaman (86eme) et Kahveci (86eme) pour la Turquie

Expulsion : Aucune


France
Mandanda (5) - Pavard (5), Varane (cap) (5), Lenglet (5), L.Hernandez (7) - Tolisso (4), M.Sissoko (4) - Coman (5) puis Ikoné (88eme), Griezmann (5), Matuidi (5) puis Lemar (76eme) - Ben Yedder (4) puis Giroud (71eme)

N'ont pas participé : Areola (g), Maignan (g), Kimpembe, Ndombele, K.Zouma, Digne, D.Sidibé, Pléa
Sélectionneur : D.Deschamps

Turquie
Günok (7) - Celik (3) puis Ayhan (52eme), Demiral (5), Soyücü (6), Meras (5) - Tufan (5) puis Tosun (80eme), Tekdemir (6), Yokuslu (4) puis Calhanoglu (46eme - 6)- Kahveci (5), Yilmaz (cap) (6), Karaman (6)

N'ont pas participé : Bolat (g), Cakir (g), Belözoglu, Bayram, Yazici, Kabak, Ünal, Sangaré, Türüc
Sélectionneur : S.Günes

Vos réactions doivent respecter nos CGU.