ARY Macédoine
Albanie
Allemagne
Andorre
Angleterre
Arménie
Autriche
Azerbaïdjan
Belgique
Bosnie-Herzégovine
Bulgarie
Bélarus
Chypre
Croatie
Danemark
Espagne
Estonie
Finlande
France
Gibraltar
Grèce
Géorgie
Hongrie
Irlande
Irlande du Nord
Islande
Israël
Italie
Kazakhstan
Kosovo
Lettonie
Liechtenstein
Lituanie
Luxembourg
Malte
Moldavie
Monténégro
Norvège
Pays de Galles
Pays-Bas
Pologne
Portugal
Roumanie
République Tchèque
Saint-Marin
Serbie
Slovaquie
Slovénie
Suisse
Suède
Turquie
Ukraine
Écosse
Îles Féroé
Ligue des NationsGroupe 1
Allianz-Arena - Arbitre D. Orsato

Geoffrey Steines, publié le 6 septembre

Intéressante pendant une heure, l'équipe de France a ensuite plongé physiquement et s'est accroché, en partie grâce à un grand Alphonse Areola, à son nul en Allemagne ce jeudi pour son entrée dans la Ligue des Nations (0-0). Une rentrée des classes où les champions du monde ont globalement fait le job.

Le debrief
Les champions du monde ont bien répondu au défi. Les Bleus ont débuté leur vie d'après par un match nul en Allemagne jeudi pour leur entrée en lice dans la toute nouvelle Ligue des Nations (0-0). Un résultat logique, les hommes de Didier Deschamps et ceux de Joachim Löw ayant chacun connu leurs temps forts dans une rencontre qui n'avait pas l'intensité des joutes officielles sans tomber pour autant dans la platitude des amicaux. Lors de cette rentrée, l'équipe de France, avec au coup d'envoi les 10 mêmes joueurs de champ qu'en finale de la Coupe du Monde, a démontré qu'elle avait de la continuité dans les idées, tout en adaptant par petites touches son style à son nouveau statut.

Elle a laissé la possession à son adversaire, dans des proportions toutefois moins importantes que face à la Belgique ou la Croatie lors du dernier Mondial (57%), grâce en partie à un pressing haut plus systématique et à des circuits de construction mieux installés. Pendant une bonne heure, ce style hybride a posé des problèmes aux Allemands. Ils avaient le ballon sans trop savoir quoi en faire pour déstabiliser le bloc des Bleus, toujours aussi costaud, et qui avaient la frousse de se faire prendre en contre, leur déséquilibre à la perte ayant causé leur naufrage en Russie.

Avec davantage de justesse technique dans les 30 derniers mètres adverses et les jambes d'une préparation physique pré-Mondial, pas celles d'une reprise en club suite à des congés écourtés, les Français auraient mieux capitalisé sur cette maîtrise. Ils auraient pu regretter de ne pas l'avoir fait s'ils avaient craqué dans une dernière demi-heure où ils ont énormément reculé, à cause d'un gros coup de pompe physique. Ils s'en sont alors remis à Alphonse Areola, monstrueux pour sa première sélection chez les A. Comme s'il fallait rappeler que cette équipe peut compter sur tout un groupe, pas seulement sur un onze-type. En 6 semaines, elle n'a pas vraiment changé, avec toujours les mêmes qualités et les mêmes faiblesses, toutes relatives. Mais ce qu'elle a esquissé comme ajustements à Munich incite à l'optimisme d'un avenir aussi radieux que le passé récent.
Le film du match
18eme minute
Boateng change d'aile d'une transversale précise dans les pieds de Werner à l'opposé. L'attaquant de Leipzig joue le duel avec Pavard et repique sur son pied droit pour enrouler un tir depuis l'angle de la surface. Ce n'est pas suffisamment bien placé pour inquiéter Areola, solide sur son premier arrêt du match.

36eme minute
Après une séquence de possession française aux abords de la surface allemande, N.Kanté délivre un bon centre enroulé. Au point de penalty, Giroud s'impose dans les airs, entre Hummels et Boateng, pour placer une tête piquée sur laquelle Neuer doit se détendre sur sa gauche pour aller chercher le ballon au pied de son poteau.

45eme minute+1
En une touche, Mbappé trouve un décalage parfait pour Pavard, lancé sur le côté droit. Le défenseur de Stuttgart centre en première intention et Matuidi est devancé de justesse par Ginter au point de penalty. Le ballon revient sur Mbappé, dont la passe trouve Giroud aux six mètres. Mais l'attaquant de Chelsea ne peut ajuster sa talonnade pour trouver le cadre de Neuer à bout portant.

49eme minute
Tout part d'un bon décalage vers Matuidi dans le couloir gauche. Le milieu de la Juventus Turin centre sans contrôle pour Giroud aux six mètres, mais la défense allemande repousse. Seulement jusqu'à Pavard, qui trouve en retrait Griezmann, dont la feinte de frappe laisse Kimmich sur place. Mais son tir dans la foulée file directement sur Neuer, qui a besoin toutefois de deux temps pour s'en saisir.

57eme minute
Servi sur la gauche, Werner joue à nouveau le un-contre-un avec Pavard, qu'il déborde d'une accélération fulgurante balle au pied. L'attaquant allemand adresse ensuite un centre-tir du gauche qu'Areola repousse en corner du pied.

64eme minute
Bon pressing des Français à la perte et récupération haute de P.Pogba. D'une belle talonnade, le milieu de Manchester sert Griezmann plein axe. Sur son contrôle, l'attaquant des Bleus se met en position de frappe et envoie un tir tendu que Neuer repousse d'une belle horizontale sur sa gauche.

65eme minute
Goretzka fixe la défense française plein axe avant de transmettre sur la droite à T.Müller, qui centre au cordeau en première intention. Reus reprend du droit sans contrôle à l'entrée de la surface allemande et contraint Areola à une magnifique parade sur sa droite.

72eme minute
Contre allemand, avec Reus au départ pour fixer la défense française et décaler Hummels, venu apporter le surnombre. Son centre pour T.Müller est parfait, mais l'attaquant du Bayern est contré dans son enchaînement par Umtiti. Le ballon revient sur Hummels, dont la demi-volée vicieuse est parfaitement repoussée par Areola.

75eme minute
Corner sur la droite pour l'Allemagne. Kroos dépose son centre sur la tête de Kimmich, qui saute plus haut que tout le monde aux six mètres. Mais le couteau-suisse de la Mannschaft bute à son tour sur Areola, auteur d'un énorme arrêt réflexe sur sa droite.
Tops et flops

TOP 3

AREOLA se savait scruté pour sa première sélection, il a répondu aux attentes, et même au-delà. Le gardien du PSG a dégagé une grande sérénité et enchaîné les parades de haut niveau, dont trois en l'espace de 10 minutes en seconde période. Il n'a pas hésité non plus à remonter ses coéquipiers quand ils étaient plus difficulté. C'est maintenant clair, il candidate pour devenir la doublure de Lloris.

Propulsé leader technique du milieu allemand avec la retraite internationale d'Özil, KROOS a fait honneur à ce nouveau statut avec une prestation de patron dans l'entrejeu. Il a étalé encore sa précision dans le jeu long, trouvant des décalages par ses transversales, et a orienté la construction des offensives allemandes avec talent.

Moins à son aise avec le Real Madrid depuis le début de la saison, VARANE a retrouvé sa place de taulier au centre de la défense des Bleus. Promu capitaine en l'absence de Lloris, il a encore brillé par sa lecture du jeu et ses relances souvent propres. Son duo avec Umtiti a confirmé sa solidité du Mondial.


FLOP 3

Hormis une frappe qui aurait pu faire mouche sans une belle parade d'Areola, REUS ne serait jamais sorti de sa boîte. L'attaquant du Borussia Dortmund a fait preuve d'une grande discrétion dans le secteur offensif, la faute aussi à un positionnement axial auquel il n'est pas habitué. Une prestation d'ensemble sans saveur.

Même s'il est monté en puissance en seconde période, retrouvant en partie son influence du Mondial dans les sorties de balle et sa présence aux abords de la surface, GRIEZMANN a rappelé qu'il avait besoin d'être en pleine possession de ses moyens physiques pour rayonner dans son jeu. Il n'a pas pesé sur les événements pendant 45 bonnes minutes et n'a pas joué son rôle-clé dans le collectif des Bleus.

Auteur d'un bon début de saison en Bundesliga, GORETZKA n'a pas autant étincelé avec la sélection nationale. Il s'est révélé globalement neutre au milieu, malgré de l'activité, et n'a pas réellement existé aux côtés d'un Kroos qui aimanté tous les ballons dans la première relance. Invisible jusqu'à une action qu'il déclenché en fin de match. Trop maigre pour sauver sa soirée.
Monsieur l'arbitre au rapport
Dans un match officiel qui ne l'était pas toujours dans l'esprit, Daniele Orsato n'a pas eu besoin de faire la police. Il a attendu la 88eme minute pour sortir son premier avertissement et a bien maîtrisé les débats. Antonio Rüdiger a néanmoins échappé au carton rouge qu'il méritait probablement pour une vilaine semelle sur Benjamin Pavard.
La feuille de match
Ligue des Nations (Ligue A - Groupe 1) / ALLEMAGNE - FRANCE : 0-0
Allianz Arena (75 000 spectateurs environ)
Temps variable - Pelouse moyenne
Arbitre : M.Orsato (Italie / 6)

But : Aucun

Avertissement : Rüdiger (88eme) pour l'Allemagne

Expulsion : Aucune


Allemagne
Neuer (cap) (5) - Ginter (6), Boateng (5), Hummels (6), Rüdiger (5) - Goretzka (4) puis Gündogan (66eme), Kimmich (6), Kroos (7) - T.Müller (4), Reus (3) puis L.Sané (83eme), Werner (6)

N'ont pas participé : Ter Stegen (g), Tah, Kehrer, Draxler, Brandt, N.Schulz, Süle, Havertz, N.Petersen
Sélectionneur : J.Löw


France
Areola (8) - Pavard (5), Varane (cap) (6), Umtiti (6), L.Hernandez (6) - N.Kanté (6), P.Pogba (strong>5) - Mbappé (5), Griezmann (4) puis N.Fekir (80eme), Matuidi (4) puis Tolisso (86eme) - Giroud (5) puis O.Dembélé (66eme)

N'ont pas participé : Lecomte (g), Costil (g), Kimpembe, Lemar, N'Zonzi, Rami, D.Sidibé, Thauvin, B.Mendy
Sélectionneur : D.Deschamps

Vos réactions doivent respecter nos CGU.