Coupe de la Ligue (8eme de finale) : Le PSG n'est pas tombé une deuxième fois dans le piège à Strasbourg

Coupe de la Ligue (8eme de finale) : Le PSG n'est pas tombé une deuxième fois dans le piège à Strasbourg©Media365
A lire aussi

Geoffrey Steines, publié le mercredi 13 décembre 2017 à 23h05

Bien plus concentré et appliqué qu'il y a une dizaine de jours en L1, le PSG a aisément décroché sa qualification pour les quarts de finale de la Coupe de la Ligue mercredi à Strasbourg (2-4). Un match de patron pour une formation parisienne remaniée.

Le debrief Le PSG s'était probablement promis qu'on ne l'y reprendrait pas. Surpris à Strasbourg il y a une dizaine de jours pour sa première défaite de la saison toutes compétitions confondues (2-1), il a affiché un tout autre visage mercredi pour son retour à La Meinau. C'est en patron qu'il a logiquement composté son billet pour les quarts de finale de la Coupe de la Ligue (2-4), enchaînant un 38eme match à élimination directe sans défaite à l'échelle nationale. Une série impressionnante que les Parisiens ont fait en sorte de poursuivre en Alsace, avec une autorité et une concentration qu'ils n'avaient pas affiché lors de leur précédente visite. Malgré une équipe remaniée, autant par les circonstances (Dani Alves à gauche, Giovani Lo Celso en sentinelle) que par les choix d'Unai Emery (Kylian Mbappé sur le banc au coup d'envoi), le leader de L1 a maîtrisé son sujet. Il faut dire que sa première demi-heure était un modèle du genre pour refroidir le toujours chaud public strasbourgeois et calmé les ardeurs du Racing, qui s'était lui aussi présenté avec un onze peu habituel (Idriss Saadi, Vincent Nogueira ou Jérémy Grimm titulaires). C'est néanmoins avec le concours de la défense strasbourgeoise, qui lui a offert les deux premiers buts, que le PSG a concrétisé sa domination par un break d'avance. Mais même la réduction du score ne l'a pas fait dévier de sa trajectoire, avec une mainmise technique (66% de possession) et une implication dans les duels qui n'ont jamais laissé les hommes de Thierry Laurey rêver d'un nouvel exploit. Ils ont définitivement plié l'affaire sur deux actions collectives bien menées en seconde période, même si le RCSA, toujours aussi courageux à défaut d'être solide défensivement ou inspiré offensivement, a sauvé les apparences en toute fin de match. Mais cette fois, la différence théorique entre les deux équipes s'est traduite sur le terrain. Implacable et incontestable. Le film du match9eme minute Dani Alves tente un sombrero improbable sur Nogueira dans son propre camp et se fait déposséder du ballon par le milieu strasbourgeois, qui lance Saadi. Dans un angle fermé, l'attaquant du Racing prend sa chance, mais Trapp dévie du bout de la main droite, même si ce n'était probablement pas cadré. 13eme minute (0-1) Lo Celso déséquilibre le milieu strasbourgeois d'une talonnade vers Draxler dans l'axe. L'international allemand décale ensuite Di Maria, dont le centre fuyant du gauche contraint Salmier à la faute dans ses six mètres, le défenseur du Racing déchirant son dégagement et trompant Oukidja de près. 25eme minute (0-2) Pastore lance Di Maria d'une passe en profondeur glissée entre les jambes de Salmier. Oukidja intervient au sol pour devancer « El Fideo », mais le ballon lui échappe des mains dans un deuxième temps et l'ailier argentin du PSG n'a plus qu'à terminer le travail du pied droit dans le but vide. 29eme minute Verratti se régale dans l'entrejeu et efface trois Strasbourgeois avant de servir Pastore. Sur son contrôle, « El Flaco » se retourne et lance Cavani à l'extrême limite du hors-jeu. L'attaquant parisien se présente seul face à Oukidja, mais il s'excentre trop sur son avant-dernière touche de balle et sa frappe croisée vient lécher le poteau droit de Strasbourg. 36eme minute (1-2) Après une première opportunité coupée par Marquinhos, le ballon revient sur Seka. Le défenseur strasbourgeois change d'aile vers Gonçalves sur la droite. Le milieu du RCSA envoie une reprise du droit topée, qui se transforme en centre pour Grimm, passé devant Kimpembe pour ensuite tromper Trapp d'un tir croisé de près. 59eme minute Verratti ouvre sur la gauche vers Draxler, qui s'arracher pour remiser de la tête sur Pastore. Le milieu argentin retrouve l'Allemand avec beaucoup de technique, mais la frappe au bout de son long une-deux file directement dans les bras d'Oukidja. 62eme minute (1-3) Superbe mouvement collectif des Parisiens, avec Cavani pour Verratti, qui lance Meunier à la limite du hors-jeu. Le latéral belge feinte la frappe avant de fermer le pied pour servir au second poteau Dani Alves, qui n'a plus qu'à pousser le ballon dans le but vide. 74eme minute Servi dans la surface strasbourgeoise, Pastore résiste à Salmier et déclenche une frappe soudaine en pivot. Elle prend la direction du but, mais Bonnefoi s'envole pour évier le ballon en corner. 78eme minute (1-4) Meunier et Lo Celso combinent sur la droite, pour envoyer l'international belge dans une position très favorable. Il fixe toute la défense avant de trouver Draxler au point de penalty, l'Allemand envoyant une frappe croisée du droit qui ne laisse aucune chance à Bonnefoi. 83eme minute Mbappé provoque la défense strasbourgeoise et décale Di Maria, qui pique son ballon au-dessus de Bonnefoi. Il faut l'intervention de B.Koné pour éloigner le danger et Pastore se fait ensuite subtiliser le ballon par Grimm, au moment il voulait armer. 85eme minute Lancé par Di Maria d'une longue ouverture dans la profondeur, Mbappé se retrouve dans un angle très fermé. Il allume la mèche en puissance du gauche, mais se heurte à l'extérieur du poteau strasbourgeois. 88eme minute (2-4) Un contre parisien mené par Di Maria est coupé à la ligne médiane par Lala, qui lance immédiatement Blayac, parti à la limite du hors-jeu. L'attaquant strasbourgeois ne manque pas son duel avec Trapp, qui touche le ballon sans pouvoir le sortir. Tops et flops TOP 3 Déjà intéressant contre Lille, DI MARIA semble avoir mis ses états d'âme de côté en cette fin d'année. L'ailier argentin, qui a provoqué le CSC de Salmier avant de marquer, a fait montre de son investissement et de sa détermination, avec aussi une grande justesse technique. Une nouvelle pour le PSG, surtout s'il devait rester au-delà du Mercato hivernal. La forme étincelante de VERRATTI se confirme semaine après semaine. Avec un énorme volume de jeu, le milieu italien a écœuré les Strasbourgeois par sa capacité à se sortir de toutes les situations, même dans les plus petits espaces, et a régalé par sa qualité de passe, dans le jeu court ou long. A l'origine du troisième but parisien. C'est à se demander pourquoi il n'a pas davantage de temps de jeu. Parce qu'à chaque fois que MEUNIER a sa chance, il la saisit avec brio. Le latéral belge a fermé son couloir avec autorité et s'est projeté avec bonheur dans le camp adverse. Il a terminé avec deux passes décisives, après un premier centre qui aurait pu être décisif en début de match. Un message de plus envoyé à destination de son staff. FLOP 3 De retour en pointe, SAADI est apparu aussi emprunté qu'en début de saison. Jamais il n'a fait les appels dans le bon tempo et il s'est retrouvé pris au piège de la charnière parisienne, à part en une occasion où il n'a pas cadré sa frappe. Il a également affiché sa faiblesse technique, en particulier dos au but. Il n'a rien fait pour bouleverser la hiérarchie des attaquants du Racing. En concurrence avec Mangane, SALMIER n'a pas réellement marqué des points. Au-delà de son but contre son camp sur une faute technique grossière, il a peiné pour gérer les attaquants parisiens et affiché son manque d'expérience du très haut niveau. Comme d'autres au Racing, il est encore en phase d'apprentissage et cela s'est vu. OUKIDJA est passé du rêve au cauchemar. Héroïque quand il était entré en jeu face au PSG il y a une dizaine de jours (2-1), le gardien de Strasbourg a vécu une soirée bien plus compliquée. Coupable d'une énorme faute de main sur le deuxième but parisien, il a aussi galéré dans ses relances et n'a jamais donné le sentiment d'une quelconque sérénité. Il est même sorti sur blessure après l'heure de jeu. Cruel pour lui. Monsieur l'arbitre au rapport Mikaël Lesage a tranquillement maîtrisé un match sans histoire ce mercredi à La Meinau. Avec sa psychologie, il n'a donné qu'un seul carton jaune et a laissé jouer un maximum. Un arbitrage discret, souvent un gage de qualité. La feuille de matchCoupe de la Ligue (8eme de finale) : STRASBOURG - PSG : 2-4 La Meinau (26 000 spectateurs environ) Temps pluvieux - Pelouse moyenne Arbitre : M.Lesage (6) Buts : Grimm (36eme) et Blayac (88eme) pour Strasbourg - Salmier (12eme csc), Di Maria (25eme), Dani Alves (62eme) et Draxler (78eme) pour le PSG Avertissement : Gonçalves (49eme) pour Strasbourg Expulsion : Aucune Strasbourg Oukidja (4) puis Bonnefoi (68eme) - Lala (5), Salmier (3), B.Koné (5), Seka (6) - Nogueira (4) puis Liénard (64eme), Grimm (cap) (5), Aholou (5) - Gonçalves (5), Saadi (3) - Bahoken (4) puis Blayac (74eme) N'ont pas participé : P.Martinez, K.Mangane, J.Martin, Sacko Entraîneur : T.Laurey PSG Trapp (5) - Meunier (7), Marquinhos (cap) (6), Kimpembe (5), Dani Alves (5) - Verratti (7) puis Lucas (82eme), Lo Celso (7), Draxler (5) puis Nkunku (79eme) - Pastore (6), Cavani (4) puis Mbappé (79eme), Di Maria (7) N'ont pas participé : Areola (g), Georgen, Nsoki, Adli Entraîneur : U.Emery

Vos réactions doivent respecter nos CGU.