El Flaco, le facteur X

El Flaco, le facteur X©Media365
A lire aussi

Alessandro Pitzus, publié le vendredi 31 mars 2017 à 09h00

Depuis le crash de Barcelone, le PSG n'a pas eu l'occasion de voir beaucoup de rayons de soleil. Alors quand il y en a un qui perce les nuages pour redonner un peu de chaleur sur les visages des éternels déçus, il faut savoir en profiter.  Et s'en délecter.

Certains estiment qu'on en fait trop avec Javier Pastore. Tout le temps blessé, trop irrégulier, pas assez décisif, l'Argentin est un artiste. Et comme tous les esthètes du beau jeu, il a ses fans et ses détracteurs. Certains le trouvent fabuleux, d'autres surcoté : c'est la rançon de la gloire pour ceux qui portent fièrement l'étendard de l'élégance. Le génie du Sud-Américain, toujours intact malgré les blessures, est un espoir pour le PSG dans la dernière ligne droite qu'il s'apprête à emprunter.

Flaco = Maestro

Cette saison, voir Javier Pastore gambader sur les pelouses de Ligue 1 aura été quelque chose de rare. Dix apparitions en L1, deux en Coupe de France, deux autres en Coupe de la Ligue, l'Argentin a enchaîné les problèmes physiques. Mollet, genou, adducteurs, le Sud-Américain a passé le plus clair de son temps à l'infirmerie. Mais si l'espoir est toujours intact avec « El Flaco » (le maigre), c'est qu'il parvient toujours à distiller quelques bonbons délicieux quand son corps le laisse en paix. Ses prestations à Marseille et contre Lyon au Parc des Princes sont venues rappeler à quel point ce joueur était particulier. Quand Unai Emery lui laisse les clés du jeu, cela change tout. Ailier gauche ou milieu axial au départ sur la feuille de match, Javier Pastore est toujours meilleur quand il n'a pas de poste fixe. Etre un maestro, c'est se balader de gauche à droite, créer pour les autres, et de sublimer le jeu collectif. C'est ce qu'il a fait lors des dernières rencontres du PSG. Sa faculté à casser les lignes à coups de passes lumineuses et son penchant à rendre ses coéquipiers meilleurs font de lui un élément ô combien important pour la suite.

Avec Pastore, ce PSG est une toute autre équipe

Combien de minutes Javier Pastore a joué contre Monaco cette saison ? Zéro. Blessé à chaque fois, l'Argentin n'avait pas pu être présent pour en découdre avec le rival monégasque lors des deux matchs de championnat. Le voir sur la pelouse du Parc OL contre une équipe de l'ASM qui n'a jamais été prise à défaut par le PSG est une curiosité qui vaudra le coup d'œil. Sans Pastore, Paris n'a jamais trouvé la solution contre des Monégasques qui cultivent les succès sur la scène domestique et européenne. Il y a les Cavani, Draxler, Di Maria, Verratti, Rabiot, mais personne ne peut changer le cours d'un match comme « El Flaco » sait si bien le faire quand il est à 100%. D'une feinte, d'une passe, ou d'un simple dribble, l'Argentin est capable de faire basculer le destin de son équipe dans le sens qu'il faut. Depuis que le PSG a été éliminé de la Ligue des Champions, il faut bien trouver quelque chose à se mettre sous la dent dans cette période encore morose. La fin de saison parisienne peut encore ressembler à quelque chose. Un grand Javier Pastore pourrait même lui donner une saveur particulière, voire délicieuse.

 
3 commentaires - El Flaco, le facteur X
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]